En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Covid-19 : Entrepreneurs, comment maintenir son activité en temps de crise ?

Par Mathieu Chauveau, CEO de Ça Compte Pour Moi

Publication: 27 mars

Partagez sur
 
Déplacements annulés, salariés confinés, baisse d’activité… La pandémie du Coronavirus COVID-19 a de lourdes conséquences sur les entreprises françaises dont les activités sont considérablement perturbées...
 

Des mesures renforcées pour venir en aide aux entrepreneurs : Afin de lutter contre la propagation du virus, l’employeur a pour obligation de déployer un certain nombre de mesures au sein de son entreprise : informer le salarié face au comportement à adopter (affichage et diffusion des mesures d’hygiènes à respecter), limiter les rassemblements et les déplacements (en particulier dans les zones à risques), ou encore mettre en place des mesures de confinement. Cette pandémie impacte ainsi l’entreprise et oblige l’employeur à adapter son activité à la baisse, notamment l’ensemble des secteurs liés au tourisme, à l’hôtellerie et la restauration.

En ce sens, les mesures de soutien aux sociétés en difficulté sont renforcées. Parmi elles, le recours à l’activité partielle qui représente une diminution de la durée hebdomadaire du travail ou la fermeture temporaire de l’entreprise. Pour recourir à ce dispositif, l’employeur doit effectuer une demande en ligne sur le site du ministère du travail dédié au chômage partiel. Par ailleurs, depuis le 16 mars, le ministère du Travail a indiqué que les entreprises avaient désormais 30 jours pour réaliser leur demande de chômage partiel, avec effet rétroactif.

Lorsque l’activité partielle est mise en place, le contrat de travail du salarié est suspendu mais pas rompu. Il perçoit une indemnité d’activité partielle à hauteur de 70% de son salaire brut (environ 84% du net) versée par l’employeur. Les salariés au SMIC ou moins sont indemnisés à 100%. L’entreprise sera intégralement remboursée par l’Etat, pour les salaires jusqu’à 6 927 euros bruts mensuels, c’est à dire 4,5 fois le SMIC.

Autre mesure phare, la possibilité de bénéficier d’une aide de 1 500 euros pour les TPE et les indépendants. Cette aide s’adresse aux entreprises réalisant moins d’1 million d’euros de chiffre d’affaires dans les secteurs faisant l’objet d’une fermeture administrative (commerces non alimentaires, restaurants, etc.) ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 (par rapport à mars 2019 ou février 2020 si activité créée récemment). La possibilité de solliciter cette aide n’interviendra qu’à compter du 31/03/2020.

D’autres mesures ont été mises en place pour faciliter la vie financière des entreprises, notamment :

- Le report sur demande des échéances sociales et fiscales (hors TVA) ;

- La possibilité de bénéficier de remises d’impôts directs dans le cadre d’un examen individualisé des demandes

- La garantie des prêts de trésorerie dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de la pandémie par BPI France ;

- Le soutien de l’État et de la Banque de France pour négocier avec sa banque le rééchelonnement des crédits bancaires ;

- L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs par le Médiateur des entreprises.

Retrouvez la liste complète sur le site economie.gouv.fr.

Vers une organisation de travail différente

Face à son obligation de sécurité et de protection à l’égard du salarié, l’employeur peut également envisager de recourir au télétravail lorsque son activité le permet.

Une pratique vivement encouragée par le gouvernement dès lors que la présence des salariés au sein de l’entreprise n’est pas indispensable. À noter que le risque épidémique (lieu de travail situé dans un secteur confiné ou salariés malades du Covid-19) justifie par ailleurs ce recours sans l’accord préalable du salarié.

Permettant de limiter les risques de propagation du virus entre collaborateurs, cette méthode de travail alternative est déjà mise en place par un grand nombre d’entreprise.

« Synonymes de flexibilité, gain de temps et de productivité, le télétravail peut s’avérer bénéfique pour l’entreprise, à condition de disposer des bons outils et d’être bien accompagné », précise Mathieu Chauveau, directeur du cabinet d’expertise comptable en ligne Ça Compte Pour Moi.

Il convient ainsi à l’employeur de fournir aux collaborateurs les équipements nécessaires pour remplir ses missions dans des conditions optimales (ordinateur, ligne téléphonique, accès internet) mais également de trouver des solutions et des outils performants pour faciliter le travail à distance.

Des outils collaboratifs pour faciliter le travail à distance

Outils de gestion d’entreprise, de communication… En télétravail, la production repose sur la qualité des outils à disposition pour faciliter la gestion de son entreprise à distance. « Il est essentiel de pouvoir suivre la gestion de son activité et de recourir à des outils collaboratifs favorisant la communication et la synchronisation des équipes pour faire de cette nouvelle organisation de travail une réussite », indique le dirigeant de Ça Compte Pour Moi.

Ce cabinet d’expertise comptable a la particularité de réaliser ses prestations 100% en ligne sans jamais rencontrer physiquement ses clients. Échange de documents par voie dématérialisée, tableaux de bord, indicateurs de gestion… « Les outils développés par les cabinets d’expertise comptable en ligne permettent au chef d’entreprise de suivre son activité au quotidien », poursuit Mathieu Chauveau, « aucune installation de logiciel n’est requise, il suffit simplement d’avoir un accès internet pour visualiser ses chiffres clés en temps réel. Les échanges avec les clients se font par mail, téléphone ou en visioconférence ».

Pour travailler efficacement à distance, les collaborateurs du cabinet dématérialisé dispose de nombreux outils. Et pour avoir toutes les cartes en main et travailler dans les meilleures conditions, voici une sélection de 5 outils en ligne qu’ils utilisent au quotidien :

Clickmeeting : Pour communiquer avec les clients et organiser des webinars. « Nous utilisons cet outil de visioconférence en ligne pour présenter les comptes annuels à nos clients mais aussi pour réaliser des événements autour du conseil aux entrepreneurs. » indique Mathieu Chauveau.

- Calendly : Pour planifier les réunions et rendez-vous.

- Workplace : Pour partager des actualités, des fichiers, des avis en interne. C’est l’outil de collaboration en ligne de Facebook.

- Sellsy : Pour la gestion de la relation client. Collaboratif, l’interface intuitive permet de travailler efficacement en équipe. Sellsy regroupe CRM, facturation et comptabilité.

- Wekan : Entre les envois d’emails, les différents projets en cours, le partage et la gestion des contenus ainsi que la coordination des collaborateurs, difficile de s’y retrouver. Ce gestionnaire de tâches collaboratif en ligne facilite la gestion de projets via des to do list et peut être auto-hébergé sur un serveur local.

- Le + : Cleanfox, l’outil qui permet de nettoyer sa boîte mail gratuitement.

http://www.cacomptepourmoi.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: