En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

COVID-19 : éviter les effets secondaires sur la protection des données

Publication: 29 avril

Partagez sur
 
Depuis le début de la pandémie, les gouvernements et les parties associées à la lutte contre le virus s’appuient sur des analyses de données et des technologies numériques pour faire face à cette menace...
 

Dans une déclaration conjointe publiée aujourd’hui, la présidente du Comité de la Convention 108 du Conseil de l’Europe sur la protection des données, Alessandra Pierucci, et le commissaire du Conseil de l’Europe à la protection des données, Jean Philippe Walter, mettent en garde contre les effets secondaires possibles des applications numériques de suivi des contacts dans la prévention de la pandémie à COVID-19 et préconisent la mise en place de garanties suffisantes pour prévenir les risques d’atteintes aux données à caractère personnel et à la vie privée.

Depuis le début de la pandémie, les gouvernements et les parties associées à la lutte contre le virus s’appuient sur des analyses de données et des technologies numériques pour faire face à cette menace. Des applications mobiles ont été utilisées dans certains pays et sont envisagées dans d’autres comme une réponse complémentaire à la nécessité d’effectuer rapidement une surveillance des contacts.

La déclaration, qui vise à contribuer à la réflexion en cours dans de nombreux pays, a été diffusée pour rappeler que, là où ces solutions sont choisies, des garanties juridiques et techniques rigoureuses devront être prévues pour atténuer les risques d’atteintes aux données à caractère personnel et à la vie privée.

Si ces applications sont déployées, elles devront l’être pendant une période limitée et sur une base volontaire uniquement. Elles devront présenter des spécificités dans leur conception pour prévenir ou réduire au minimum les risques, par exemple pour garantir la non-utilisation des données de localisation des personnes, l’impossibilité d’une identification directe ou de toute nouvelle identification.

Cette déclaration fait suite à une première Déclaration conjointe sur le droit à la protection des données dans le contexte de la pandémie à COVID-19, publiée le 30 mars.

http://www.coe.int/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: