En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Quand la panne n’est pas une option envisageable

Publication: 20 août

Partagez sur
 
Installer des équipements informatiques dans des lieux où la panne n’est pas envisageable, une étude de cas de CPP Wind Engineering...
 

Perle Systems et CPP évoquent l’importance des équipements de haute qualité installés dans des lieux difficiles d’accès, notamment au sommet et sur les façades des gratte-ciel.

Lors de l’installation d’équipements informatiques dans des endroits distants ou difficiles d’accès, la qualité et la fiabilité sont essentielles. Que ce soit au fond de l’océan ou au sommet d’une montagne, ou encore sur le toit d’un gratte-ciel, remplacer un équipement en panne peut coûter beaucoup de temps et d’argent.

Les équipes de CPP Wind Engineering sont expertes en installation d’équipements technologiques au sommet et sur les façades des gratte-ciel. L’un des services qu’elles fournissent aux architectes, ingénieurs et promoteurs consiste à déterminer l’impact du vent sur la sécurité ou les nuisances sonores associées. Selon Tom Lawton, ingénieur systèmes senior chez CPP, « L’architecture des bâtiments devient de plus en plus complexe et nous voyons apparaître de plus en plus de caractéristiques qui, si elles présentent un intérêt esthétique, ont aussi des effets inattendus. Cela peut aller du bruit induit par le vent à des vitesses de vent localisées très élevées qui, dans des cas extrêmes, peuvent emporter le mobilier extérieur installé sur les immeubles de grande hauteur. Chez CPP, notre mission consiste à résoudre ces problèmes. »

Pour cela, les anémomètres, des appareils utilisés pour mesurer la vitesse et la direction du vent, et des microphones, sont installés au sommet et en façade des bâtiments. Les anémomètres sont dotés de ports série RS232 et RS485. Pour y accéder via Ethernet, CPP utilise un Serveur de Périphériques IOLAN de Perle préconfiguré pour transmettre les paquets UDP vers une adresse IP dans ses bureaux aux États-Unis. Tom Lawton explique : « Le câblage Ethernet est généralement déjà en place, donc on peut se raccorder à ce qui existe dans le bâtiment plutôt que d’avoir à faire courir un câble série séparé, de longueur limitée, jusqu’à un ordinateur installé sur place. En entrant directement dans le LAN du bâtiment avec le IOLAN, on peut y accéder depuis n’importe quel endroit du monde. En plus, on peut connecter les lignes 232 et 485 depuis l’anémomètre, pour assurer une redondance, ce qui m’a par exemple évité un déplacement en Australie ! »

Le montage d’équipements sur les façades ou le toit de gratte-ciels sont une opération logistique très complexe. La préparation et l’installation, qui prennent beaucoup de temps, peuvent nécessiter l’obtention de permis de la ville, la création d’un environnement public sûr en dessous, et une main-d’œuvre habituée au risque, comme les spécialistes de l’accès par corde. Cela signifie que les anémomètres, les microphones et les serveurs de périphériques que CPP choisit d’installer doivent être fabriqués avec des composants robustes et fiables qui fonctionneront sans aucune panne, tout le temps. C’est l’une des raisons pour lesquelles CPP a opté pour la gamme IOLAN de Perle. Des composants certifiés par les meilleurs fabricants de puces occidentaux, des temps moyens entre pannes (MTBF) élevés capables de résister aux environnements les plus exigeants, une plateforme open source, une sécurité de qualité professionnelle et une garantie à vie assurent à CPP une tranquillité d’esprit indispensable.

Les enregistrements de la vitesse et de la direction du vent, ainsi que ceux du microphone, sont mesurés et recueillis à différentes saisons, afin de capturer une variété de conditions météorologiques. Avec ces données, CPP utilise un modèle informatique ou une modélisation en soufflerie pour simuler les phénomènes observés et développer des solutions. Une grande partie de l’équipement de soufflerie dispose aussi de ports de communication série connectés avec les serveurs de périphériques IOLAN afin de convertir les données sur Ethernet.

Tom Lawton précise : « Au sommet de nos souffleries, la traverse est un système de sondes mobiles en trois dimensions. Elle utilise des moteurs pas-à-pas intelligents MDrive avec contrôleurs intégrés. Ceux-ci disposent de ports de communication série RS422 et sont connectés sur Ethernet grâce aux serveurs de périphériques IOLAN. Sous les souffleries, pour simuler les flux atmosphériques, un système de blocs de « rugosité » émergent et se rétractent dans le sol, commandés par des moteurs pas-à-pas. Nous avions une carte pilote personnalisée avec port RS485 pour enchaîner les 96 blocs. À l’extrémité RS485 se trouvent les serveurs de périphériques IOLAN qui convertissent tout sur Ethernet. Sur n’importe quelle machine du labo, on peut contrôler la traverse et le système de rugosité. La flexibilité et l’accessibilité offertes par Ethernet sont très importantes pour moi. J’invite toute personne qui envisage l’acquisition d’un appareil doté d’un port de communication série à l’associer à un serveur de périphériques IOLAN de Perle. »

http://www.perlesystems.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: