En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

SFEIR annonce la parution de son livre blanc FinOps

Publication: 11 février

Partagez sur
 
« FinOps : comment concilier innovation, maîtrise des coûts et sobriété numérique »...
 

SFEIR, néo-ESN qui accompagne les entreprises dans leur transformation numérique sur les technologies de pointe, annonce la sortie d’un livre blanc « FinOps » sur la façon de concilier innovation, maîtrise des coûts et sobriété numérique.

Véritable démarche méthodologique, le FinOps amène une rupture dans le monde de l’IT d’entreprise. En s’appuyant sur le Cloud et le FinOps, les entreprises peuvent optimiser l’impact business de leurs investissements IT, tout en réduisant leur impact environnemental.

Le livre blanc met en avant l’indispensable nécessité de travailler sur l’agilité et l’instauration d’une culture de la donnée, nouveaux fondamentaux de l’actuelle donne numérique, et d’établir une stratégie de transformation digitale qui permette de générer de la valeur.

En effet, l’agilité et la rapidité sont aujourd’hui devenus des atouts clés pour se démarquer et adapter en quasi-réel son offre, ses services, leurs modes de distribution, etc.

Le livre blanc de SFEIR adresse aussi le besoin de maîtriser et de piloter les coûts de l’IT, puisque les entreprises doivent se préparer, se transformer, et parfois se réinventer pour les années à venir, sans totalement grever les ressources financières.

Approche à la fois culturelle, organisationnelle et technique, le FinOps donne aux dirigeants une meilleure compréhension de la valeur permise par la technologie numérique, permet aux équipes finances de planifier les dépenses et aux métiers de réaliser l’impact IT de leurs choix stratégiques. Au-delà d’un simple instrument budgétaire, le FinOps garantit que les dépenses dans le Cloud serviront directement la croissance du chiffre d’affaires, l’objectif de rentabilité mais aussi les engagements en matière de frugalité numérique.

Le duo Cloud/FinOps fournit aux dirigeants des entreprises une structure agile et transparente qui permet de limiter l’empreinte numérique à ce qui est strictement nécessaire pour se moderniser, innover et rester performant. Le livre blanc montre qu’avec le FinOps, la question n’est plus centrée sur le prix de l’IT mais sur la volonté du métier, de l’entreprise, d’investir dans telle fonctionnalité ou tel service pour créer de la valeur.

Pour illustrer son propos, le livre blanc propose de nombreux témoignages de sociétés ou organismes tels que le Cigref, le Boston Consulting Group, Adeo, SNCF ou L’Oréal.

« La notion de FinOps doit arriver dès le début de la réflexion Cloud. Parce que concevoir une architecture Cloud fonctionne à l’envers de ce qu’on a toujours fait. Il faut partir des capacités des fournisseurs de Cloud et de leur modèle de tarification pour déterminer l’architecture… Pour en tirer meilleur parti, mais aussi réaliser des économies, il faut embrasser ce changement culturel, s’intéresser aux rapports FinOps fournis par les fournisseurs de Cloud, nommer des responsables FinOps disposant d’un pouvoir ou du moins d’une véritable influence sur les architectes, les développeurs, les exploitants. Cela nécessite une évolution des mentalités de toutes les équipes IT, à commencer par les DSI » précise Jean-Christophe Laissy, Partner & Directeur du Boston Consulting Group et ancien directeur Digital & Systèmes d’Information du Groupe Veolia.

« La pratique du FinOps permet de savoir exactement combien coûte un service numérique selon une clé spécifique (le nombre d’utilisateurs, de traitements…) et donc d’attribuer un indicateur qui devient parlant pour les métiers de la direction. Avec le duo Cloud/FinOps, la conversation sur les coûts devient une conversation sur la valeur » conclut Hervé Dumas CTO Groupe de L’Oréal et pilote du groupe de travail du Cigref sur la sobriété numérique.

« Au final la pratique du FinOps génère des économies substantielles, de l’ordre de 10 à 20% sur la facture annuelle », atteste Henri Pidault, Group CIO (Chief Digital & Information Officer), SNCF.

https://www.sfeir.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: