En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

IoT World + MtoM 2021 : une édition sur le thème : Designing a connected world !

Publication: 26 avril

Partagez sur
 
Près de 150 sociétés exposantes et plus de 7000 visiteurs attendus ! Pavillon 5.3 - 5 et 6 Octobre 2021...
 

Dans une période marquée par la crise sanitaire et un ralentissement économique sans précédent, deux secteurs, l’IoT (Internet of Things) et le MtoM (Machine to Machine), sont en pleine révolution. L’année 2021 accélérera la dissémination des objets connectés et la naissance d’industries applicatives inédites. Car, force est de constater que tout ce qui touche à ce domaine et aux technologies associées aux objets connectés poursuit sa course sans marquer d’hésitation ou souffrir de manque de perspectives. Les technologies et applications électroniques comme logicielles se succèdent par vagues régulières ; les standards, normes, protocoles et réseaux de communication apportent des performances inédites ; les cas d’usage et les mises en exploitation se multiplient ; les acteurs historiques grandissent, se consolident ou bien se font racheter. Le salon IoTWorld + MtoM Embedded qui se tiendra les 5 et 6 Octobre prochains à Paris Porte de Versailles - pavillon 5.3 sera l’occasion pour les professionnels de découvrir cet univers en perpétuel mouvement.

Un marché en pleine révolution

Entre 2018 et 2019, 2,5 milliards d’objets connectés ont été vendus dans le monde. Une hausse conséquente de 26% qui porte le marché à environ 9,5 milliards d’unités à fin 2021. Si les objets connectés sont majoritairement destinés à un usage grand public ( 63% du marché total en volume), c’est le segment B2B qui crée la valeur. Les entreprises auraient investi plus de 570 milliards d’euros dans les projets IoT en 2019 (soit 85% des dépenses mondiales, chiffrées à 670 milliards d’euros2). (Source : Banque des Territoires).

A l’échelle mondiale, il y avait 11,7 milliards d’objets connectés fin 2020, selon le cabinet d’études de marché américain IoT Analytics. Selon IDC, 41,6 milliards d’objets connectés généreront 79,4 zettabytes de données en 2025. En identifier le nombre sur le marché français semble une gageure, tant le champ des possibles est vaste et le panel des définitions tout autant. Leurs usages, quant à eux, se segmentent en plusieurs catégories : le smart home, l’industrie et les utilities sont les trois principaux marchés en France. En France, 57 millions de compteurs (eau-gaz-linky) communicants ont été déployés à l’aube de 2021, ils sont considérés comme l’objet connecté le plus déployé. La Maintenance Prédictive et l’Asset Management font désormais partie des applications les plus utilisées en France pour piloter les objets connectés. Elles ont fait bouger les lignes et révolutionné les modes de pilotage dans l’IoT et nécessitent des réseaux adaptés. L’Arcep, selon une étude publiée en février 2021, révèle que le parc M2M (machine to machine) s’accroît en France, même si le taux de croissance est en chute libre.

Plateformes et réseaux au cœur de l’IoT !

Selon une étude de la GSMA (association des opérateurs de télécommunication), le nombre de connexions IoT devrait tripler pour approcher les 25 milliards en 2025 au niveau mondial, le choix du réseau IoT dépend donc de l’usage. Selon l’étude IoT Radar Market du cabinet de conseil BearingPoint, les réseaux LPWAN sont les plus utilisés en France. Le NB-IoT et la 5G vont développer davantage les applications IoT toujours selon BearingPoint. Mais, pour qu’un réseau IoT fonctionne, il est nécessaire qu’il puisse se connecter à une plateforme IoT pour stocker et analyser les données produites par les objets connectés. Elles ont toutes des fonctions différentes, en fonction de leur secteur d’activité et couvrent du device management à la sécurité, en passant par les applications analytiques. Au cœur du « traitement de l’information », la plateforme IoT constitue l’outil qui permet de piloter les différentes remontées d’informations (en temps réel ou en différé) pour, ensuite, faire le lien avec le reste du système IoT (équipement réseau, gateway, objet connecté, machines, serveurs, logiciels, applications...).

Des acteurs toujours plus nombreux

La France comptait, en 2019, près de 400 acteurs dans l’IoT, avec une tendance du marché qui est à la croissance verticale. Les acteurs cherchent en effet à étendre leurs activités sur plusieurs maillons de la chaîne de valeur. Notamment ceux historiquement positionnés sur le hardware qui désirent capter de plus en plus la valeur du côté Software (Source Banque des Territoires). BearingPoint a repéré en 2020 près de 1 123 entreprises dédiées à l’IoT.

Compétences, formation et Sécurité, les enjeux de demain

Les projets autour de l’IoT nécessitent des compétences multiples, telles que la data et les Web Services, car un certain nombre d’entre elles développent des plateformes Saas, mais également des compétences en radio fréquence et en électronique. En France, selon Statista, le revenu du marché de la sécurité est passé de 92 à 156 millions d’euros entre 2017 et 2020 et devrait atteindre 378 millions d’euros en 2025. Les caméras de sécurité, qu’elles soient à usage privé ou professionnel, sont les plus utilisés en France. Mais c’est aussi l’objet connecté le plus piraté. Pour mémoire et selon le CERT, organisme dédié à la sécurité des objets connectés, le botnet Mirai a affecté plus de 168 118 caméras connectées en France en 2016.

Par ailleurs, le spécialiste de la sécurité dans les grandes entreprises Forescout a collecté au niveau mondial dans le cadre de l’étude "The Entreprise of Things Security Report", les données de 8 millions de dispositifs connectés, déployés au sein de 5 principaux secteurs : finance, institutions publiques, santé, industrie et commerce. Il en ressort que les groupes d’équipements les plus à risques sont ceux relatifs aux Smart Building, les équipements médicaux figurent également parmi les objets connectés les plus à risques, au même titre que des équipements réseaux. Par ailleurs, plus de 30% des équipements gérés sous Windows dans le secteur industriel utilisent des versions logicielles dont Microsoft n’assure plus le support. Ce chiffre atteint dépasse 35% dans la santé. Les dernières attaques dans les secteurs de la santé semblent confirmer ces chiffres.

L’Open Source, une perspective pour l’IoT ?

L’édition 2019 de l’enquête d’opinion sur l’adoption commerciale de l’IoT de la Fondation Eclipse a révélé que 60 % des entreprises interrogées ont affirmé considérer l’open source dans leurs plans de déploiement de solutions IoT avec pour bénéfices majeurs la flexibilité (55 %), le coût (49 %) et le contrôle accru (41 %). Une approche open source peut prendre tout son sens sur un projet IoT, car il diffère d’un projet IT traditionnel en raison de son cycle de vie qui est plus long, de son hétérogénéité et des contraintes physiques rigoureuses (électricité, poussière, radiations, températures,...). De nombreux projets devraient ainsi voir le jour.

Dans les allées du salon comme dans les salles de conférences, l’édition 2021 de IoT World + MtoM, unique événement d’envergure nationale totalement consacré aux technologies IoT et à leurs applications, s’annonce passionnante pour tout ce que les visiteurs professionnels vont y découvrir, y débattre, y débusquer, y rencontrer et ce dans le respect des gestes barrières et des contraintes sanitaires, le tout en présentiel.

https://www.salon-iot-mtom.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: