En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Observatoire du Très Haut Débit 2021 : compte-rendu

Publication: 21 mai

Partagez sur
 
La France est en train de connaître son pic de déploiement en fibre optique...
 

L’observatoire national du très haut débit mené par la fédération InfraNum, l’Avicca et la Banque des Territoires est l’occasion d’évaluer chaque année depuis 2013 la situation réelle du très haut débit en France et de réajuster les prévisions au plus près des données terrain, collectées auprès des acteurs impliqués dans le plan France Très Haut Débit. Il a été présenté ce jour en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, et Laure de la Raudière, Présidente de l’Arcep.

2021 : l’année du pic, l’année des RIP

6,2 millions de prises devraient être déployées en 2021. C’est un nouveau record dans la course au très haut débit, très largement provoqué par la nette accélération des déploiements en zones peu denses (Réseaux d’Initiative Publique : RIP) qui doublent cette année pour représenter presque 60% des déploiements totaux, ainsi que par un réel démarrage des déploiements en zones AMEL (13 territoires pour 1,3 millions de prises in fine).

Un chantier en avance...

Fin 2022, l’objectif gouvernemental de 80% de couverture en fibre optique devrait être dépassé de 7% ! « Un satisfecit des acteurs de la filière qui peuvent se féliciter de réussir ce qu’aucun autre chantier d’infrastructure en France n’accomplit : être en avance ! » se réjouit Etienne Dugas, Président de la fédération.

Il ne restera alors « plus que » 6,5 millions de prises à déployer au total d’ici 2025, mais ce seront les plus ardues...

... qui ne cache pas certains défis à relever

En effet, les 5 derniers pourcents (soit 2,1 millions de locaux) d’une France entièrement couverte en fibre ne seront réalisables que sous conditions, notamment financières. Avec un coût moyen de raccordement forcément supérieur au coût moyen des prises standards en zone RIP, les besoins se chiffrent en milliards d’euros. La rallonge budgétaire de 150 millions d’euros, accordée par l’Etat en 2020, ne suffira donc pas... C’est un appel renouvelé à la création d’un service universel qui est lancé par les partenaires de l’observatoire, avec l’utilisation du FANT (Fonds d’Aménagement Numérique des Territoires), fonds de péréquation pour assurer la vie du réseau, sur le modèle de l’énergie, créé en 2009 mais jamais abondé.

En parallèle, les acteurs du secteur œuvrent pour lever les difficultés de court terme. Le sujet de la qualité des raccordements est important, avec un taux d’échec moyen qui s’établit entre 20 à 25%. Les sujets opérationnels ayant un impact direct sur la qualité sont nombreux : simplification du recours aux poteaux électriques (1 millions de prises concernées, dont 75% en zones RIP), traitement des adresses mal répertoriées (3 millions en avril 2021), mise en œuvre effective de Grace THD (généralisation d’un protocole commun aux acteurs de l’écosystème), et bien sûr le traitement du mode STOC avec l’adoption récente d’un contrat cadre « v2 » et la mise en place très prochaine d’une charte de qualité côté sous-traitants.

« Les chiffres sont très bons, mais il faut continuer ce travail collectif car il reste encore des défis à relever. Trois points doivent concentrer nos efforts : la transition cuivre-fibre, l’amélioration de la qualité des raccordements et l’anticipation de la période post 2021, notamment en ce qui concerne l’emploi » commente Cédric O.

Bientôt plus d’abonnés à la fibre qu’en ADSL

Dès 2021, il y aura plus d’abonnés en fibre qu’en ADSL et à moyen terme, le nombre d’abonnés fibre dépassera largement le plus haut niveau enregistré par l’ADSL (2014).

Les technologies sans fil au rendez-vous du bon débit

Le très haut débit radio, mobile et satellite est également au rendez-vous dans les zones plus rurales. La répartition sur le territoire est désormais connue, les citoyens n’ont plus qu’à s’abonner.

La 5G, qui commence à se déployer dans les métropoles notamment pour soulager la 4G, permet de tester des usages smart et innovants pour les entreprises et les collectivités.

Beaucoup plus de création d’emploi que prévu

En lien avec le rythme de déploiements, les prévisions de recrutement explosent également : en 2020, le secteur a recruté 9.700 nouveaux collaborateurs, au lieu de 5.500 annoncés l’année dernière et en prévoit, non plus 1.500 en 2021, mais 5.500 ! C’est une bonne nouvelle pour toutes les régions, qui peuvent compter sur des centres de formation qui, pleins à 97%, ont tenu la cadence malgré la COVID en 2020. Pourtant, ceux-ci avouent toujours éprouver des difficultés à sourcer formateurs et candidats, faute de notoriété et de valorisation des métiers de la fibre.

Les effets induits de la fibre : entreprises et territoires accélèrent leur numérisation

L’arrivée de la fibre crée une véritable dynamique dans les territoires. Celle-ci se mesure notamment par :

- L’accélération des implantations de datacenters, avec une évolution notable des datacenters de proximité (2/3 des projets nés ou en cours).

Une poussée dans l’accélération de la numérisation des entreprises, qui permet d’entrevoir une entrée dans le top 10 du classement européen cette année. En France début 2021, 37% des entreprises étaient connectées à la fibre contre 20% en 2019. « Sur le marché des professionnels, la fibre devient la référence » confirme Laure de la Raudière.

Cependant, une entreprise sur cinq étant confrontée à une situation de raccordement complexe, Infranum plaide pour dédier une enveloppe spécifique de 50 M€, qui permettrait de régler tous ces problèmes.

Avec un nombre de prises raccordées et une vitesse de déploiement encore aujourd’hui inégalés en Europe, la France se numérise. Les acteurs de la filière sont mobilisés pour réussir cette prouesse industrielle qui accompagne également une véritable transition de la société française. « L’établissement d’un plan gouvernemental des territoires connectés et durables, à l’instar du Plan France Très Haut Débit, semble devenir aujourd’hui incontournable pour poursuivre efficacement et équitablement la numérisation de notre pays » rappellent à l’unisson Patrick Chaize et Etienne Dugas.

https://www.infranum.fr/

https://www.avicca.org/

https://www.banquedesterritoires.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: