En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

L’Université des sciences et technologies du roi Abdallah fait appel à Canonical

Publication: 10 juin

Partagez sur
 
Les nouveaux déploiements d’OpenStack et de Kubernetes améliorent les performances de calcul des chercheurs et réduisent les difficultés de gestion du personnel informatique...
 

Canonical, l’éditeur d’Ubuntu, a annoncé aujourd’hui qu’il travaille avec l’Université des Sciences et Technologies King Abdullah (KAUST), une université de troisième cycle située à Thuwal, en Arabie Saoudite, sur une mise à niveau majeure de son infrastructure de cloud computing. Le projet permet à la KAUST de gérer plus facilement et plus économiquement son environnement de cloud computing tout en garantissant les hauts niveaux de performance informatique dont les chercheurs ont besoin.

« Afin de monter en puissance, nous savions que nous avions besoin d’une infrastructure plus facile à gérer, plus fiable, et facilitant la mise en œuvre de mises à niveau et de nouveaux services », a déclaré Arindam Chakraborty, spécialiste principal des systèmes à KAUST. « Nous avons commencé à explorer l’infrastructure-as-code, et nous avons réalisé que la meilleure option serait de passer à une plateforme tierce de confiance avec un support dédié. »

KAUST a choisi Canonical pour concevoir et mettre en œuvre un nouveau cloud OpenStack sur site. Basé sur Charmed OpenStack de Canonical, le nouveau cluster est deux fois plus grand que l’ancien système, passant de 10 à 20 nœuds. De plus, grâce à la prise en charge d’Ubuntu Advantage for Infrastructure, Canonical prévient ou résout rapidement les problèmes d’OpenStack rencontrés par KAUST, avant qu’ils n’affectent la recherche.

Autre avantage, le nouveau déploiement n’a entraîné aucune perturbation opérationnelle ni nécessité d’apprendre un nouveau système. En effet, l’ancienne plateforme OpenStack de l’université utilisait déjà le logiciel open source de Canonical, et Ubuntu était de loin le système d’exploitation le plus utilisé sur le campus.

« Canonical offrait le meilleur coût serveur/année du marché pour le niveau de support que nous recherchions, et nous sommes très satisfaits des résultats », a déclaré Chakraborty. « Le changement s’est traduit par une augmentation des performances et une amélioration du temps de disponibilité pour nos étudiants et notre personnel. Et comme Canonical s’occupe de la mise en œuvre et des problèmes opérationnels, notre équipe informatique peut se consacrer à d’autres tâches. Les problèmes sont résolus plus rapidement, et du point de vue de la main-d’œuvre, nous économisons de l’argent. »

Parallèlement à la migration vers OpenStack, KAUST a également opéré une transition vers DevOps et les conteneurs avec Charmed Kubernetes de Canonical, une plateforme clé en main, conforme à Kubernetes et optimisée pour les environnements multicloud.

L’adoption de Kubernetes a transformé la manière dont les chercheurs de KAUST accèdent aux ressources informatiques. Plutôt que d’autoprovisionner des machines virtuelles, les utilisateurs peuvent simplement consommer des services via le cloud sans avoir à se soucier de l’endroit ou de la manière dont ils s’exécutent. Le support de Canonical couvre également Kubernetes.

« Nous sommes ravis de travailler avec l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah », a déclaré Nicholas Dimotakis, vice-président de l’ingénierie de terrain chez Canonical. « L’expérience de l’université montre que les organisations n’ont pas à se battre avec leurs implémentations cloud et qu’en choisissant le bon partenaire technologique, elles peuvent exploiter leur infrastructure de manière bien plus économique tout en améliorant les performances informatiques. »

Même par rapport aux normes de la plupart des universités, les exigences informatiques de KAUST sont élevées. L’institution se consacre exclusivement à la recherche scientifique et technologique, et tous les étudiants entreprennent des études de doctorat ou de master. Son réseau doit être capable de prendre en charge une grande variété de charges de travail sans temps d’arrêt.

Depuis 2015, l’université exploitait un cloud privé OpenStack développé en interne, dans lequel les chercheurs provisionnaient les ressources informatiques à la demande. Mais à mesure que l’utilisation augmentait, le système devenait plus difficile à gérer pour l’équipe informatique. Pire, il était sujet à des pannes, ce qui ralentissait les projets et, une fois terminés, rendait plus difficile l’accès aux données du projet pour les pairs examinateurs.

https://www.kaust.edu.sa/

https://www.canonical.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: