En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Premier dispositif de reconnaissance facial crypté

Publication: 17 juin

Partagez sur
 
L’ISEN Yncréa Ouest et Arclan créent une chaire de recherche pour développer le premier dispositif de reconnaissance faciale crypté et breveté en phase avec la réglementation RGPD européenne...
 

Le laboratoire de recherche de l’école d’ingénieurs ISEN Yncréa (LabISEN) est spécialisé dans les capteurs intelligents, ces derniers permettent la reconnaissance d’individus et l’étude de comportement. L’entreprise Arclan travaille à la conception de solutions de sécurité sur-mesure pour la protection des personnes, des biens et des locaux. Le LabISEN et Arclan, annoncent aujourd’hui la création d’une chaire de recherche autour d’une technologie de reconnaissance faciale cryptée à la source. L’objectif ? Permettre une mise en application en conditions réelles d’un dispositif de sécurité innovant basé sur la reconnaissance faciale et en phase avec la réglementation RGPD européenne.

Une réglementation RGPD complexe concernant la reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale est tout d’abord un traitement automatisé de l’image d’une personne, laquelle constitue une donnée personnelle. La reconnaissance faciale a plus précisément pour objet des données que l’on qualifie de biométriques. Les « données biométriques » sont définies par le RGPD comme les données à caractère personnel résultant d’un traitement technique spécifique, relatives aux caractéristiques physiques, physiologiques ou comportementales d’une personne physique, qui permettent ou confirment son identification unique, telles que des images faciales ou des données dactyloscopiques.

À ce titre, elles sont considérées comme sensibles. La réglementation sur le traitement des données sensibles pose un principe d’interdiction. Elle précise que sont interdits les traitements de données biométriques aux fins d’identifier une personne physique de manière unique.

La reconnaissance faciale étant un traitement de données biométriques permettant d’identifier une personne physique de manière unique, elle est donc soumise à une forte réglementation.

Une réponse technologique à la complexité de la réglementation RGPD

L’enjeu de la création de cette chaire de recherche est donc d’appliquer la technologie brevetée par les chercheurs du LabISEN pour que la reconnaissance faciale puisse répondre aux enjeux sécuritaires des entreprises, des organisations et des administrations tout en respectant le cadre législatif en vigueur au niveau européen.

Les équipes de l’ISEN Yncréa Ouest et d’Arclan travaillent ainsi sur la mise en œuvre du premier dispositif de reconnaissance faciale permettant de crypter les images à la source et ainsi d’identifier une personne sans avoir à la filmer. Lorsqu’une personne se présentera devant le dispositif, elle ne sera pas identifiée par son image, mais par un code crypté permettant de préserver sa confidentialité. Il s’agit là d’une avancée majeure pour les dispositifs de surveillance et de sécurité.

« Un système au point fin 2021 »

Pour Ayman Alfalou, Directeur de recherche à l’ISEN Yncréa Ouest, cette chaire de recherche est la dernière étape d’un long travail de développement : « Ces recherches ont fait l’objet de 50 publications et d’un brevet*. La phase de mise au point a donc déjà été passée avec succès. Il est donc temps pour cette nouvelle technologie de sortir des laboratoires et de trouver son application dans la société. La collaboration avec Arclan se place dans cette optique. C’est une réelle satisfaction de voir que nos travaux de recherche peuvent être appliqués directement dans la société en contribuant à préserver les droits individuels de chacun. »

« Le calendrier va maintenant s’accélérer », confirme Didier Tolle, PDG d’Arclan, « l’objectif est que nous puissions avoir un système au point pour être utilisé en conditions réelles fin 2021 ». Plusieurs phases de tests seront programmées dans les prochains mois pour ajuster la technologie. Des expérimentations ont déjà eu lieu, notamment auprès d’établissements scolaires, dans le but de définir les contours et les spécificités de cette technologie.

« La réglementation interdit de filmer des enfants. Nous avons ainsi pu créer un algorithme qui permet d’identifier si la personne qui se présente est un adulte ou non, et si le système de reconnaissance faciale cryptée peut ainsi se mettre en marche » conclut Didier Tolle.

Entreprises privées, administrations, écoles, aéroports, gares, tous les lieux de notre vie quotidienne adoptent de plus en plus des dispositifs sécuritaires basés sur la reconnaissance faciale. La technologie brevetée par l’ISEN Yncréa Ouest et mise en application par Arclan permettra à l’ensemble des acteurs économiques ou institutionnels et aux lieux accueillants du public de s’équiper d’un système de surveillance et d’identification de pointe, 100% made in France, et répondant aux critères imposés par la CNIL et la RGPD sur la protection de la vie privée.

https://www.isen.fr/

http://www.arclan.eu/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: