En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Salons IoT World + MtoM Embedded et Cloud Datacenter

Publication: 10 novembre

Partagez sur
 
Un succès pour l’édition 2021 qui s’est tenue en 100% présentiel. Près de 4000 visiteurs uniques, 80 exposants, 100 conférences et tables rondes...
 

La rentrée pour l’ensemble des acteurs des nouvelles technologies a bien eu lieu lors des salons IoT World + MtoM Embedded et Cloud Datacenter. La forte participation a permis de renouer les contacts entre professionnels, démontrant ainsi le besoin pour l’ensemble des acteurs de se rencontrer et partager expériences et savoir-faire pendant 2 jours.

Le succès des conférences 100% dédiées à l’IoT et au MtoM !

Le salon IoT World + MtoM est l’unique événement professionnel d’envergure nationale consacré à 100% aux technologies, applications, usages et marchés des IoT et du MtoM. Son programme de conférences 2021 a reflété ce positionnement pur au travers de son programme général et de ses pôles thématiques répondant concrètement aux besoins d’information des entreprises.

Un programme général au fait des enjeux majeurs. Préparation du POC/POV, cybersécurité, normes et standards, problématiques énergétiques et développement durable, plates-formes et device management, IA et traitement des données ont été quelques-unes des conférences les plus suivies. Sans oublier différents avis d’experts exprimant les aspects légaux (RGPD, radiofréquences, responsabilités), recherche de financements et recrutement de compétences IoT. Enfin, diverses entreprises sont venues présenter en détail des projets IoT mis en œuvre en leurs murs, citons notamment Groupe La Poste, NGE, EDF, KONE, THERMIGAS, RTE, ALRENA Technologies...

3 thématiques fortes et une étude majeure en fil conducteur

Le Forum « 5G & IoT » (2ème édition) a permis d’accueillir en keynote d’ouverture Alexandre Pébereau (Tofane Global/iBasis) qui a évoqué les vrais enjeux business du couplage « 5G et IoT ». S’en est suivie une table ronde explicitant utilité, bénéfices et limites de cette formidable technologie appliquée aux réseaux IoT.

La 2ème édition du Colloque « Asset Tracking Systems ™- ATS 2021 accompagne la rapide montée en puissance des applications de gestion, de surveillance et de suivi des biens. Rendez-vous unique en France, ce colloque a trouvé son auditoire tant du côté des acteurs nationaux qui sont en train de s’organiser en véritable « industrie » de l’ATS, que des entreprises-clientes soucieuses de mettre en œuvre des applications de tracking (localisation, contrôle de l’utilisation, surveillance de paramètres, etc.) de matériels, engins, outils ou produits, aussi bien en indoor qu’en large outdoor.

Une grande première : l’IoT Executive Track ! L’édition 2021 a été l’occasion de lancer un « parcours décideurs » exclusif sur un format simple : un ensemble de conférences rythmées ayant pour objectif de faire découvrir aux dirigeant les IoT en une demi-journée. Pari tenu et pari gagné !

La 2ème étude « Révélations IoT 360° » a fait l’objet d’une présentation exclusive lors des conférences. Réalisée en partenariat avec IoT World + MtoM, elle est la seule à définir une typologie originale des projets IoT menés en France en 2021 (ou en cours). Outre leurs caractéristiques technologiques (capteurs, télécoms, électroniques, mobilité, énergie, environnement de fonctionnement...), la centaine de projets étudiés permettent de caractériser les équipes projets, les domaines applicatifs, les engagements cyber-sécuritaires, les cas d’usages, les choix opérés pour exploiter les IoT, analyser les données. (Pdf de restitution de l’étude sur demande).

Le cloud et le datacenter au cœur de la transition écologique et numérique

Le salon Cloud + Datacenter est historiquement l’un des salons majeurs sur cette thématique à aborder les problématiques dans leur intégralité et, surtout, à en appréhender les enjeux transverses et les synergies avec l’IoT et le MtoM, technologies très consommatrices de data et de bande passante. Les sujets plébiscités par l’ensemble des auditeurs et des experts s’articulaient autour de la gouvernance et du stockage de la data dans le cloud : les conférences et ateliers ont fait le plein durant deux jours !

Cloud : une question de confiance. Même si un long chemin reste à parcourir pour que toutes les entreprises basculent vers le cloud, la tendance est désormais au cloud hybride. L’actualité s’est également invitée, la doctrine de l’Etat sur le ’cloud de confiance’ prend forme, tout comme les stratégies acteurs du marché. Quant à la cybersécurité, soutenue par l’évolution des réglementations tant françaises qu’européennes, elle fait désormais l’objet d’une attention soutenue.

Cloud privé ou cloud public : l’avenir est dans l’hybride. Les offres cloud semblent encore complexes et la qualité de services est rarement garantie freinant les migrations de type Cloud-first. Les clients redoutent de devenir captifs et dépendants de leurs éditeurs-CSP (Cloud Service Providers) à terme. D’où l’approche hybride privilégiée avec des prestataires de proximité et quelques grands éditeurs.

La valeur des données au cœur de la performance. La protection et la gouvernance des données s’imposent, tandis que la diversité et la volumétrie des données augmentent. La valeur de la data pour les métiers se confirme, cependant la redondance des données pousse les entreprises à se réinventer et à trouver de nouveaux leviers telles que l’IA pour dédoublonner, réindexer, etc. Elle s’accompagne une nouvelle réflexion sur les classes de stockage et d’archivage (incluant le cloud et la bande) et sur le choix des modes de stockage entre cloud privé et cloud public. La gestion des actifs informatiques se transforme en gestion des usages IT et souvent multicloud, avec une dimension FinOps (contrôle des dépenses) transversale.

La frugalité numérique, les progrès des composants (en dépit de la pénurie actuelle), et l’émergence de microdatacenters pourraient contribuer ensemble à tenir des objectifs ambitieux, au niveau européen, où l’on vise une neutralité carbone d’ici à 2030.

Datacenter, la communauté des acteurs de ce marché a répondu présente. Conception et construction d’un datacenter, territoires, stratégies de colocation ou d’hébergement, sécurité et cybersécurité, environnements réglementaires et Code of Conduct européen, pilotage et DCIM, et Intelligence Artificielle étaient au programme, à la grande satisfaction des visiteurs.

On notera, en marge du salon Cloud et Datacenter, l’intervention fort remarquée de Guillaume Pitron, auteur de l’ouvrage ’L’enfer numérique’, qui a su replacer le marché et les technologies informatiques et numériques - et ses dérives sur les matières, l’énergie ou l’eau - dans une dimension humaine, voire humaniste, une intervention bienvenue et largement appréciée.

Datacenter et sécurité : le duo gagnant ! Au fil des débats, il est ressorti que la sécurité physique et la cybersécurité du datacenter étaient des préoccupations majeures, dont la difficulté provient de la protection de plusieurs infrastructures en simultané : l’IT, l’OT et l’IoT, aux cycles distincts d’évolution et de renouvellement. De nouvelles pratiques sont mises en œuvre pour permettre cette protection avec la mise en place de politique poussée en matière de climatisation, prévention d’incendie, contrôle d’accès, vidéosurveillance, détection d’intrusion... Les salles de serveurs sont surveillées continuellement par de nombreux capteurs contribuant à parer les attaques, maladresses et malveillances.

L’incontournable transition écologique. Autre aspect majeur, le datacenter est au cœur de la transition écologique et, paradoxalement, tous ses équipements sont redondants, pour réduire les effets d’une panne quelconque. Bâtir ou rénover un datacenter, tout en respectant l’environnement, passe par la prise en compte de nouveaux standards comme l’Open Compute Platform, par la réutilisation de la chaleur fatale, par une mesure et une amélioration du bilan carbone, au-delà du PUE. Le datacenter peut devenir un levier de la transition énergétique en accueillant plus d’usages professionnels et personnels, la prise de conscience économique et écologique menant chaque datacenter à acheter des énergies 100% renouvelables à hauteur de sa consommation. C’est dorénavant à la fois un enjeu de notoriété et de RSE. Tandis que la mutualisation des ressources s’impose pour préserver la planète, de nouvelles problématiques émergent : faut-il garder plus longtemps ses smartphones, PC, serveurs, commutateurs et routeurs ou renouveler tout son parc micro afin de passer à Windows 11 ?

Une révolution des services et des usages. Les dernières architectures IT et consoles de supervision du datacenter (cloud et edge computing, HCI, DCIM, etc.) vont dans le sens d’une recherche de compétitivité des datacenters de toutes tailles. Enfin Le DCaaS (Datacenter as a Service) pourrait passer du stade d’acronyme prometteur à une réalité prochaine, l’entreprise ayant besoin d’une production de services de plus en plus contrôlée. La crise sanitaire vient de démontrer que les services cloud (visioconférence, collaboration, soins d’urgence) fonctionnent bien à grande échelle, révolutionnant d’ores et déjà les usages et les besoins en matière de travail.

https://www.salon-iot-mtom.com/

https://www.datacenter-cloud.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: