En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Western Digital : Les Femmes dans la tech

Publication: 8 mars

Partagez sur
 
Entretien avec Cecilia Regolo, Sr. Business Development Specialist chez Western Digital...
 

1. En tant que femme, quels ont été les principaux obstacles que vous avez rencontrés au sein de votre industrie ? Comment les avez-vous surmontés ?

Le monde de la technologie au sens large a souvent été difficile d’accès pour les femmes, qui ont eu du mal à s’y intégrer, et ce dès le stade de la formation. A titre d’exemple, j’étais l’une des rares femmes à étudier à l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens (IEEE). Et encore plus tôt, pendant ma jeunesse en Italie, j’ai vite compris que Ia réussite ne se conjuguait pas pareil au féminin et qu’il serait difficile de faire mentir les stéréotypes en place tout au long de ma vie et de ma carrière.

A titre personnel, j’ai réussi à faire voler en éclats les barrières parce que mes parents m’ont encouragée et poussée à faire carrière dans l’informatique. Ils m’ont aidée dans mes projets à l’international, lorsque j’ai travaillé dans différents pays d’Europe et aux Etats-Unis. Le fait d’être très entourée, que ce soit par ses proches, ses amis ou des mentors, est essentiel pour aider une femme à atteindre ses objectifs.

Au début de ma carrière professionnelle, j’étais systématiquement la seule femme au profil technique face à des clients. Au fil du temps, j’ai appris à me démarquer en comptant sur mes forces et ma valeur ajoutée. J’ai démontré que j’avais toute ma place au sein d’une équipe, ce qui a permis de battre en brèche les préjugés de mes collègues.

2. La pandémie a-t-elle modifié l’attitude des femmes vis-à-vis de leur carrière et de leur épanouissement personnel ? En quoi a-t-elle affecté votre travail et votre santé psychique ?

Je pense que la pandémie a engendré de nombreuses difficultés pour tout un chacun, surtout pour les femmes. Bien souvent, les femmes s’occupent des enfants de leur foyer, or le fait de devoir jongler entre télétravail et l’école à distance a mis encore plus la pression sur celles exerçant une activité professionnelle. Et il a été encore plus difficile de prêter attention à sa santé psychique pendant la crise sanitaire. Lorsqu’on est en télétravail, il faut absolument faire des pauses, s’éloigner un moment de son ordinateur et passer un moment de détente à l’extérieur.

3. Selon vous, quels sont les pires préjugés sexistes dans le monde des nouvelles technologies ?

D’après mon expérience, les femmes peuvent être jugées en fonction de leur look et perçues comme relativement hostiles à tout ce qui touche à la technique, ou moins à la hauteur sur le plan technique que leurs collègues hommes. En présence de femmes qui ont grimpé les échelons professionnellement parlant, certaines personnes mettent en doute leurs compétences et leur réussite durement acquises. Sans parler du manque de présence féminine au sein des plus hautes strates des entreprises, qui fait qu’il est bien difficile pour les femmes de tous âges de viser des postes de direction.

4. Vous travaillez au sein d’un leader industriel, comment votre organisation et vous aidez-vous les femmes à atteindre leurs objectifs professionnels ?

J’ai rejoint Western Digital il y a un peu plus de trois mois et déjà, j’ai vu beaucoup de points positifs au sein de cette organisation. La transparence y est essentielle et il est crucial que des femmes à des postes occupant des postes à responsabilité puissent soutenir et accompagner d’autres femmes. Des initiatives à l’échelle de l’entreprise peuvent aller en ce sens, à l’image du programme interne récemment lancé par Western Digital pour créer des liens entre les femmes de l’entreprise, les informer et favoriser leur développement personnel par le biais de programmes de conférences, de formations et de mentorats externes. Ces rendez-vous de mentorat encouragent les personnes qui en bénéficient à trouver de nouvelles idées et à en débattre. Le développement de compétences en matière de leadership et de communication a en effet le pouvoir de générer du changement pour l’ensemble de l’activité.

Les disparités hommes-femmes n’existent pas seulement dans les disciplines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques ; on les retrouve aussi pour ce qui touche aux brevets. Face au trop faible nombre d’inventeurs de sexe féminin, WD a lancé le dispositif « She Invents » avec pour objectif de parvenir à un pourcentage égal dans le domaine des brevets, en commençant par encourager ses propres collaboratrices à en déposer.

L’équipe de She Invents a pris plusieurs mesures pour atteindre cet objectif. Primo, l’entreprise a instauré un programme de mentorat, via lequel des inventrices aguerries peuvent partager leur connaissance du processus de dépôt de brevets pour le compte de Western Digital avec des femmes n’ayant pas ce niveau de connaissance. Ces mentors ou mentoresses aident leurs protégées à cerner lesquelles de leurs idées peuvent faire l’objet d’un brevet, puis à en faire la demande. Le programme She Invents a également inclus des femmes au sein des commissions d’examen des projets de brevets de WD, leur conférant ainsi une grande connaissance du processus de dépôt et leur permettant de devenir mentors pour accompagner des inventrices moins expérimentées (surtout des expertes en technologie, susceptibles d’appréhender plus facilement les questions d’une femme membre de ce type de commission). Depuis le lancement de ce programme en interne en mai 2020, le taux de participation des femmes au programme de demandes de brevets de WD a augmenté de 27%. Les femmes réussissent à acquérir les connaissances dont elles ont besoin pour s’affirmer, ce qui les aide dans leur essor professionnel et leur donne suffisamment confiance en elles pour exposer leurs idées en public. Résultat, elles sont plus satisfaites de leur poste et parviennent à grimper les échelons.

La présence de femmes à des postes de direction a un réel rayonnement. J’ai un très bon exemple à vous donner : l’autre jour, j’ai eu le bonheur d’entendre ma nièce me dire que je suis un modèle et une source d’inspiration pour elle. Elle est au lycée et rêve de travailler dans l’industrie high-tech. Je suis persuadée que ma réussite professionnelle lui a permis de se sentir capable d’aller vers un secteur à dominante masculine. Nous avons donc tout simplement besoin de davantage de modèles au féminin qui montrent que le sexe d’une personne ne doit pas influer sur sa carrière.

5. Quel est votre leitmotiv pour atteindre vos objectifs ? Avez-vous des conseils à donner aux femmes et aux jeunes filles qui souhaitent réussir dans le monde des technologies tout en se jouant des préjugés ?

Garder la tête haute, se former continuellement et toujours se battre sans jamais renoncer. Il faut garder une main de velours dans un gant de fer et toujours chercher à trouver sa place là où elle est nécessaire. Savoir écouter est également essentiel pour se faire une bonne idée d’une situation et prendre les bonnes décisions. Ces grands principes permettent de faire la différence sur le marché.

https://www.westerndigital.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: