En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

World Backup Day 2022 : les sauvegardes ne suffisent plus, selon Pure Storage

Publication: 1er avril

Partagez sur
 
En 2022, les ransomwares continuent de faire des ravages dans le monde. Dans un contexte où les entreprises stockent des volumes toujours plus importants de données sensibles sur leurs clients, elles ne peuvent plus se permettre de penser que « ça n’arrive qu’aux autres »...
 

Les dirigeants doivent au contraire imaginer les pires scénarios et établir un plan de restauration rapide en cas d’attaque.

Si les systèmes de sauvegarde constituaient auparavant une police d’assurance contre les cyberattaques, ils sont malheureusement aujourd’hui devenus la cible principale des hackers. Une fois qu’un cyberattaquant a pénétré le système d’une entreprise, il tentera de trouver des informations d’identification dans le but de rendre les sauvegardes inopérantes. Cela rendra la restauration plus difficile, plus longue et potentiellement plus coûteuse.

A l’occasion de l’édition 2022 de la Journée Internationale de la Sauvegarde (World Backup Day), Gabriel Ferreira, directeur technique France de Pure Storage, souhaite rappeler une bonne pratique essentielle : « Les entreprises doivent implémenter une stratégie à deux volets, qui repose à la fois sur des "snapshots" avancés et immuables de leurs données, mais aussi sur des capacités de sauvegarde et de restauration rapide et à grande échelle. Les snapshots immuables sont protégés car ils ne peuvent être ni supprimés, ni modifiés, ni cryptés, même si un pirate accède à des données sensibles. Ils sont également relativement faciles à restaurer ; toutefois, ils peuvent ne pas être l’option la plus viables selon la quantité de données à restaurer. »

La sauvegarde traditionnelle sur bande ou sur disque peut restaurer environ un à deux téraoctets par heure, ce qui est insuffisant pour la plupart des entreprises. Certaines solutions, basées sur la technologie flash, peuvent offrir des vitesses allant jusqu’à 270 To par heure. Celles-ci sont nécessaires pour permettre à une organisation de reprendre ses activités avec un impact négatif minimal.

Gabriel Ferreira conclut : « En adoptant une approche pluridimensionnelle de la cybersécurité, renforcée par des snapshots ainsi qu’une solution de restauration rapide, la phase de restauration en cas d’attaque de ransomware peut être réduite de plusieurs semaines à quelques heures seulement. Une telle stratégie permet de minimiser l’impact sur les utilisateurs et les clients, ainsi que les dommages potentiels à la réputation que peut causer une indisponibilité pendant une période prolongée. »

https://www.purestorage.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: