En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Etude Dynatrace : les défis des organisations face à la complexité croissante du cloud

Publication: 24 septembre

Partagez sur
 
Près des trois-quarts des DSI déclarent que l’explosion des données produites par les technologies liées au cloud dépasse les capacités humaines de gestion..
 

Dynatrace, the software intelligence company, dévoile les résultats d’une étude mondiale indépendante menée auprès de 1 303 DSI et responsables de l’exploitation cloud et IT au sein de grandes organisations menée en Europe dont la France, aux États-Unis, en Amérique latine, au Moyen-Orient, et en Asie Pacifique. Cette étude révèle qu’à mesure que les migrations vers des architectures cloud s’accélèrent, les données générées par ces environnements dépassent la capacité des solutions actuelles à fournir des analyses pertinentes. Les DSI notent ainsi que leurs équipes s’appuient sur une multitude de solutions disparates de monitoring et d’analyses de données pour maintenir l’observabilité et la sécurité des systèmes, ce qui rend l’extraction rapide de réponses et la poursuite de la transformation digitale particulièrement difficiles. Le rapport 2022 Global CIO Report "How to Tame the Data Explosion and Overcome the Complexity of the Cloud” (Comment maîtriser l’explosion de données et surmonter la complexité du Cloud) est disponible gratuitement en téléchargement ici : https://www.dynatrace.com/info/cio-...

L’étude dévoile les résultats suivants :

Pour 71% des DSI (88% en France), l’explosion des données générées par les technologies cloud dépassent les capacités humaines de gestion. Plus des trois-quarts (77%) des DSI (64% en France) déclarent que leur environnement IT change au moins une fois toutes les minutes Les DSI notent que leurs équipes utilisent en moyenne 10 outils de monitoring différents sur leurs stacks technologiques, mais qu’ils n’ont une observabilité que sur 9% de leur environnement (12% en France) 59% des DSI (23% en France) soulignent qu’à défaut d’une approche plus automatisée des opérations IT, leurs équipes seront bientôt dépassées par la complexité croissante de leur stack technologique.

Pour 64% des DSI (72 % en France), il est devenu plus difficile d’attirer et de retenir des professionnels des opérations IT et du DevOps suffisamment qualifiés pour gérer et maintenir leur stack cloud.

« Les architectures cloud et multicloud sont essentielles aux organisations pour atteindre leurs objectifs de transformation digitale, » explique Bernd Greifeneder, Fondateur et Chief Technology Officer chez Dynatrace. « Bien que les organisations bénéficient de la flexibilité et de la scalabilité offertes par ces technologies, l’énorme volume de données d’observabilité et de sécurité qu’elles produisent devient de plus en plus complexe à gérer et à analyser. Et comme les outils qui existent aujourd’hui, par dizaines, gardent les données en silos, il est extrêmement difficile et onéreux pour les organisations d’en tirer des informations critiques au moment où elles en ont besoin. Et donc d’atteindre les meilleurs standards en termes de sécurité et de performances sur leurs services digitaux. »

Parmi les autres conclusions de l’étude :

45% des DSI (40% en France) déclarent que la gestion du volume de données d’observabilité et de sécurité étant trop coûteuse avec les solutions d’analyses existantes, ils ne sauvegardent que ce qui est le plus critique. En moyenne, les organisations ne capturent que 10% des données d’observabilité pour les requêtes et les analyses (13% en France). Près des deux-tiers (63%) des DSI (et près de quatre DSI sur cinq en France) déclarent que les coûts et les délais engendrés par la réindexation et la réhydratation empêchent de véritablement tirer parti du volume croissant de données capturées.

Pour 43% des DSI (40% en France) les approches actuelles en matière d’ingestion et de stockage des données d’observabilité ne répondront pas à leurs besoins futurs.

Et pour 93% des DSI (91 % en France), l’AIOps et l’automatisation sont de plus en plus vitales pour compenser la pénurie de professionnels qualifiés dans les domaines de l’IT, du développement et de la sécurité, et pour réduire le risque de voir les équipes s’épuiser face à la complexité des environnements cloud et de développement actuels.

« Dans cet océan de données, les points de données individuels ont beaucoup plus de valeur quand ils sont contextualisés. C’est pourquoi les équipes font tellement d’efforts pour essayer de corréler différents flux, » ajoute Bernd Greifeneder. « Mais les approches manuelles actuelles sont trop réactives et trop lentes, si bien qu’elles passent à côté des informations les plus importantes. Les équipes ont urgemment besoin d’une nouvelle approche pour l’analyse et la gestion des données d’observabilité et de sécurité. Et c’est sur l’IA et l’automatisation que cette approche doit s’appuyer, tout en étant capable d’unifier toutes les données et de conserver les relations et les dépendances intactes. Les organisations pourront alors optimiser la valeur de leurs données et de leurs équipes, en réduisant le temps passé sur des tâches manuelles de routine et en permettant ainsi d’innover plus rapidement et de manière plus sécurisée. »

Le rapport est basé sur un sondage mondial, mené par Coleman Parkes et commandité par Dynatrace, auprès de 1 303 DSI et professionnels de l’IT impliqués dans la gestion des opérations IT et cloud, au sein de grandes entreprises de plus de 1 000 employés. L’échantillon incluait 200 répondants aux États-Unis, 100 en Amérique latine, 603 en Europe, 150 au Moyen-Orient, et 250 en Asie Pacifique.

https://www.dynatrace.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: