En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

4 usages qui nous sembleront la norme sur le marché de la mobilité dans 10 ans

Par Bernardo Cabrera, Directeur de la BU Objenious, Bouygues Telecom

Publication: Novembre 2023

Partagez sur
 
Dans 10 ans, l’apogée de la 5G coïncidera avec la fin des véhicules thermiques souhaitée par le gouvernement...
 

L’IoT, qui se trouvera au croisement de ces deux dimensions, participera activement à l’évolution technologique du secteur de la mobilité. Voici 4 usages de la 5G dédiée à l’IoT qui vont transformer la mobilité au cours des prochaines années.

Les bornes de recharges électriques seront disponibles partout sur le territoire

Les bornes de recharge électrique sont essentielles à la démocratisation de l’usage des véhicules électriques, au-delà d’un environnement citadin. Au 31 octobre 2022, la France comptait 75 279 points de charge accessibles (+53 % en un an) soit un ratio moyen de 112 bornes de recharge pour 100 000 habitants. Cette tendance va s’accélérer dans les prochaines années, notamment pour faire écho au plan de planification écologique proposée par le gouvernement en juillet dernier.

L’évolution technologique des voitures électriques, et surtout l’augmentation de l’autonomie des batteries, joueront un rôle majeur dans cette généralisation. En effet, les voitures électriques modernes affichent une autonomie comprise entre 100 à 600 kilomètres en conditions réelles en fonction des modèles, encore trop faible pour convertir certains conducteurs.

Grâce au progrès et aux actions menées par le gouvernement, il y a fort à parier que l’utilisation des véhicules électriques soit de plus en plus commune : une plus grande autonomie des véhicules, l’ouverture de nouveaux parcs de bornes de recharge, mais aussi les nouvelles opportunités proposées par la 5G (localisation des bornes les plus proches, interconnexion entre les véhicules et les infrastructures, etc.) devraient convaincre de nouveaux usagers.

Les véhicules seront interconnectés

A l’heure du tout connecté, les véhicules ne pourront échapper à la tendance. Grâce à la 5G et au network slicing, les véhicules pourront non seulement communiquer avec l’extérieur mais aussi entre eux rapidement et à une faible latence. En effet, le réseau 5G a la possibilité d’être “découpé” en différentes tranches de réseaux ciblés dont certaines seront dédiées aux services de Vehicle-to-Everything (V2X). Cette approche permet aux véhicules de pouvoir échanger des données entre eux, ou avec toute autre entité communicante, afin d’améliorer la fluidité du transport, la sécurité et le confort sur la route, et le tout de manière sécurisée.

Les véhicules seront également interconnectés avec les infrastructures routières qui les entourent, à l’image de l’Open Road Tolling qui permet aux conducteurs de traverser et de payer un péage sans avoir à ralentir. Munis de caméras haute définition, de transpondeurs et de systèmes de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation, les péages connectés sont déjà communs dans certains pays comme les États-Unis, Taiwan, ou encore l’Australie. Si cette solution est en zone de test sur certaines autoroutes françaises (Paris-Deauville par exemple), la combinaison de la 5G avec les IoT de nouvelle génération rendront sûrement possible sa démocratisation au cours des prochaines années.

Le partage et l’analyse des données sont une dimension essentielle de l’interconnexion entre les véhicules. En utilisant les données en provenance des dispositifs de localisation et de détection, il sera possible d’agir en faveur de la prévention contre les vols ou les délits routiers, ou encore d’être alerté plus rapidement en cas de véhicule impliqué dans un accident ou un délit de fuite. Le recours aux dashcams (caméra dans la voiture filmant le pare-brise) devrait d’ailleurs probablement se généraliser, notamment pour analyser les causes des accidents routiers. La police utilise déjà ces dispositifs avec les caméras embarquées, mais l’utilisation des données vidéos est encore en attente de cadre juridique fixe. La récolte, mais surtout la sécurité et l’utilisation de ces données, seront ainsi des enjeux majeurs dans les années à venir.

La gestion du trafic et des incidents routiers sera optimisée

Capteurs, caméras, routeurs cellulaires uniformisés et automatisés seront unifiés pour surveiller le trafic et limiter les embouteillages. Grâce aux caméras et aux capteurs qui surveillent les intersections, les techniciens peuvent avoir de la visibilité sur l’ensemble de l’agglomération depuis le centre de gestion du trafic de la ville, et participer à la réduction de pollution atmosphérique urbaine en redirigeant le trafic. Les passages piétons connectés vont se généraliser, tout comme le contrôle adaptatif des feux de circulation, de la signalisation des bretelles d’accès et des voies de transit rapide par bus. La communication directe des véhicules avec les intersections sera optimale grâce à l’intégration d’une unité de bord de route de véhicule connecté.

Pour les forces de l’ordre et les services d’urgences, l’accès pourra être rendu prioritaire, grâce à l’optimisation des gestions des feux. En cas d’incident ou de grands mouvements sociaux (manifestations, évènements), la 5G aidera à la diffusion rapide de l’information auprès des utilisateurs du réseau, et il sera plus facile pour eux de trouver un mode de transport ou itinéraire alternatif.

La voiture sera une extension de l’expérience connectée

L’expérience du conducteur sera de plus en plus connectée au sein des véhicules, d’abord pour une question de sécurité. L’usage de certaines solutions IoT, comme le radar de régulation de distance, le système de contrôle des trajectoires, les systèmes anti-endormissement, sont déjà rependus dans les véhicules récents. D’autres continuent néanmoins de voir le jour, comme le phare d’urgence V16, une balise lumineuse orange dotée d’une lumière clignotante, rapide à installer et simple à utiliser, et destinée à rendre un véhicule plus visible en cas de panne ou d’accident. Devenant obligatoire dès janvier 2026, ce dispositif fonctionne via le réseau NB-IoT, réseau de faible consommation répondant parfaitement aux enjeux d’économie de batterie pour ce type d’objet connecté.

L’utilisation de l’IoT pourrait bien aider à évaluer l’état de santé du conducteur lors qu’il est au volant. Connectés en 5G, des capteurs cardiaques, thermiques ou digitaux, pourraient déceler les signes de malaise ou de problème, avertir le conducteur et/ou prévenir la famille ou les secours en conséquence. Jusqu’à présent, ce sont des objets connectés du quotidien qui sont utilisés pour effectuer ce type de suivi (montre, bague, etc.). L’intégration de ces solutions directement à la voiture pourrait changer la donne.

L’expérience du conducteur sera également connectée pour améliorer son confort. La toute-puissance de la 5G favorisera l’enrichissement du panel d’infotainement, jusqu’à amener le véhicule au rang de véritable co-pilote. A titre d’exemple, Google vient de développer Android Automotive, solution permettant d’ajouter Amazon Prime Video à son système d’exploitation embarqué dans certaines voitures et transformant le système d’infodivertissement des voitures en véritable tablette Android. Les paiements directement via les tableaux de bord voitures sont également préssentis comme les prochaines innovations relatives à l’expérience à bord.

La 5G va définitivement stimuler la transformation de la mobilité et va impacter aussi bien la manière de se déplacer que les véhicules en eux-mêmes. La sécurité des passagers et de leurs seront au cœur des évolutions technologiques de l’automobile. Même s’il est encore trop tôt pour s’en apercevoir, plusieurs nouveaux usages sont déjà installés. Mais quelle sera la prochaine étape ?

https://www.bouyguestelecom.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: