En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Pourquoi l’Open Source façonnera l’avenir du secteur manufacturier

Publication: 13 mars

Partagez sur
 
L’essor de l’edge computing et de l’IA entraîne une transformation inévitable du secteur industriel...
 

Les fabricants commencent à briser les barrières qui séparent technologies de l’information (IT) et technologies opérationnelles (OT), en référence aux machines physiquement présentes au sein des installations, afin de renforcer l’efficacité des ateliers d’usine plus efficaces et de les rendre plus innovants, dans le but de suivre la cadence imposée par un marché mondial de plus en plus compétitif.

Red Hat s’efforce d’aider les acteurs du secteur manufacturier à suivre cette évolution de plusieurs manières : en fournissant une plateforme cohérente et adaptée à l’informatique en périphérie destinée à minimiser la complexité liée au déploiement, à la maintenance et aux opérations ; en réduisant les coûts opérationnels et en accélérant la mise sur le marché à l’aide de solutions fiables, sécurisées et de qualité ; en adoptant une approche Open Source qui accélère l’innovation et la collaboration afin de rendre les opérations plus intelligentes et plus efficaces.

Red Hat a récemment participé à la 28e édition annuelle de l’ARC Industry Leadership Forum, au cours de laquelle l’entreprise a montré comment les constructeurs peuvent accélérer leur transformation et conserver un avantage concurrentiel en 2024 et dans les années à venir. Voici quelques tendances et sujets abordés lors de cette conférence.

Rendre les opérations autonomes au sein des ateliers d’usine grâce à une approche de plateforme cohérente

Les usines intelligentes ou « software-defined » jouent un rôle crucial afin de permettre aux fabricants d’innover plus rapidement. Selon un rapport de McKinsey : « La fabrication intelligente pourrait générer jusqu’à 3 700 milliards de dollars d’ici 2025, tout en améliorant la croissance, l’innovation et la compétitivité dans de nombreux secteurs. » Mais Rome ne s’est pas faite en un jour. Afin de concrétiser ce potentiel, les acteurs du secteur manufacturier doivent remplacer les systèmes intégrés logiciels/matériels traditionnels à usages uniques et spécifiques par des plateformes multi-fonctions, capables de tirer parti de l’automatisation et d’être gérées à l’échelle. Ils ont également besoin de concevoir et de mettre en œuvre ces fonctionnalités de la même manière sur le cloud ou en périphérie des réseaux, ainsi que sur de vastes systèmes évolutifs ou sur des mini-PC, afin de faciliter le développement et les tests, puis le déploiement et la gestion. Voici quelques exemples de la manière dont Red Hat travaille main dans la main avec son écosystème afin d’agir dans ce domaine.

Red Hat collabore avec Intel sur un large éventail de projets stratégiques. Nous avons récemment annoncé la mise à disposition d’une plateforme automatisée dotée de capacités de sécurité améliorées, qui renforce l’interopérabilité et la résilience opérationnelle. Les applications vont de la surveillance en temps réel des ateliers d’usine à la capacité à gérer pleinement l’ensemble des serveurs et machines, en passant par l’intelligence artificielle et le machine learning (IA/ML). En définitive, cela offre aux clients davantage d’options en matière de gravité des données, d’architectures edge-to-cloud ou encore d’efficacité globale des équipements (OEE). Codesys, éditeur de logiciel indépendant leader dans son domaine, s’est joint à cette initiative afin de contribuer à la virtualisation et à la conteneurisation des solutions de supervision industrielle (soft-PLC). Et la liste est encore longue.

Pour clarifier : ces initiatives visent à automatiser des tâches telles que le contrôle qualité, la supervision des conditions de pression et de température, la rationalisation de la consommation d’énergie et bien d’autres. La création d’usines software-defined permet notamment de rediriger les ressources énergétiques des tâches routinières vers des projets d’innovation.

Bâtir des systèmes de contrôle distribué

La durabilité s’inscrit comme l’une des préoccupations majeures des entreprises du monde entier et les fabricants investissent dans des systèmes d’automatisation, de contrôle et d’optimisation afin d’encourager cette transition. Néanmoins, de telles solutions doivent demeurer flexibles, ouvertes et interopérables. Les systèmes de contrôle des processus fonctionnent de manière beaucoup plus précise et efficace lorsqu’ils sont intégrés avec une plateforme adaptée à l’informatique en périphérie, offrant ainsi la flexibilité nécessaire pour accélérer la boucle de rétroaction de l’innovation au sein des processus de fabrication en continu.

C’est ainsi qu’une nouvelle approche des systèmes de contrôle distribué (DCS) peut permettre d’améliorer les processus modernes du secteur manufacturier. Intel et Red Hat se sont associés à Schneider Electric afin de proposer une approche moderne et innovante en matière de conception et d’opération des DCS dans le but d’améliorer les fonctionnalités et de renforcer l’efficacité opérationnelle.

Red Hat a également signé un partenariat avec ABB, leader mondial dans le domaine des systèmes de contrôle distribués, afin de moderniser les solutions sans interférer avec le fonctionnement des contrôles fondamentaux, pour permettre une supervision rapide et sécurisée et favoriser l’optimisation des équipements physiques, des processus et des installations d’un système à l’autre.

À la convergence de l’IA et des technologies en périphérie

Le monde assiste indéniablement à une montée en puissance rapide de l’IA, en particulier dans le secteur manufacturier. L’écosystème industriel exige des cycles de développement et d’adoption rapides couplés à une amélioration de l’efficacité opérationnelle et de la productivité. Afin de tirer le meilleur parti des opportunités qu’offre cette technologie, les fabricants devront intégrer l’IA au sein des ateliers d’usine grâce à la mise en place d’une infrastructure en périphérie modernisée, sécurisée, évolutive et facile à administrer.

Ces développements possèdent un fort potentiel dans des domaines comme la sécurité des ouvriers, la conception de produits durables, la maintenance prédictive ou encore l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement ; et il reste de nombreux domaines à explorer. La mise en œuvre de technologies Open Source permettra d’accélérer l’innovation en recentrant l’approche de l’écosystème collaboratif en matière de conception, de test et d’innovation. Cela fournira également l’interopérabilité nécessaire pour tirer avantage de l’IA et des jumeaux numériques. De nos jours, les acteurs industriels ne disposent pas d’un accès suffisant aux données au sein de leurs systèmes, car celles-ci sont verrouillées dans les offres intégrées proposées par leurs fournisseurs d’OT (Operational technology ou technologies d’exploitation). Même s’ils peuvent y « greffer » des systèmes de vision par ordinateur, ceux-ci ne permettront pas de tirer pleinement parti de l’IA tant que le système sous-jacent ne sera pas modifié, de manière à leur permettre de gérer leurs données de bout en bout.

Tirer pleinement avantage des données grâce à des services intelligents

Le développement des chaînes d’approvisionnement, ainsi que la multiplication des appareils intelligents, des capteurs et autres innovations technologiques ont généré un afflux de données au sein des entreprises manufacturières modernes. Ces évolutions s’accompagnent d’un degré de complexité élevé, mais elles ont également le potentiel de rendre les opérations plus efficaces et durables grâce à l’exploitation des données.

L’intégration des opérations avec les projets de transformation numérique et l’adoption de systèmes d’exécution manufacturiers (MES) améliore la visibilité sur les activités, de l’atelier d’usine jusqu’aux bureaux de la direction. Un exemple réside dans la collaboration de Red Hat avec Critical Manufacturing, pionnier des systèmes MES modernes, afin de fournir des solutions qui facilitent le déploiement des MES sur Red Hat OpenShift afin d’optimiser les opérations et de profiter d’une expérience cohérente, quel que soit l’environnement sur lequel ils sont déployés, sur site ou dans le cloud. Cela permet de gérer et d’intégrer plus efficacement les données opérationnelles, en bénéficiant ainsi d’une vue complète et unifiée de l’organisation et des optimisations. C’est de cette manière que les technologies Open Source peuvent être amenées à jouer un rôle crucial dans l’amélioration des postures de sécurité des systèmes et dans le renforcement de la protection de données potentiellement sensibles.

Une transition vers les réseaux privés pour une connectivité avancée

Cette année, Red Hat a rencontré Yesmean Luk, Private Networks Practice Lead chez STL Partners, afin de discuter des opportunités liées aux réseaux privées et en périphérie à destination des grandes entreprises. Selon Mme Luk, « les réseaux privés et l’informatique en périphérie sont des technologies inextricablement liées qui visent à améliorer la performance applicative et à permettre le traitement en temps réel de vastes quantités de données ».

Les prestataires de services auront un rôle majeur à jouer dans cette transition, à mesure que de nombreux fabricants devront se tourner vers des réseaux de 5G privée. L’objectif étant de pouvoir gérer l’augmentation massive du volume de données générés par les machines, dans le but de prendre des décisions plus rapides, de jouir d’une connectivité plus sûre et plus fiable, de faciliter l’analyse de données et les inférences d’IA, ainsi que dans bien d’autres domaines. À titre d’exemple, caméras vidéo, robots et convoyeurs peuvent être connectés via un réseau sans fil de 5G privée, chaque appareil étant lié à une application en périphérie régie par un modèle d’IA/ML intégré qui facilite les inférences et la prise de décision rapide.

Red Hat a déjà commencé à travailler avec ses clients et son écosystème partenaire afin de mettre en place des réseaux de 5G privés qui permettront de réduire encore davantage les dépenses, de mettre en œuvre une maintenance préventive en temps réel, de permettre autonomie énergétique et de renforcer l’efficacité opérationnelle, tout en bénéficiant d’une plus grande flexibilité et d’une mise sur le marché plus rapide.

Plus de sécurité et de standardisation

Lorsque des transformations soudaines doivent être adaptées pour répondre aux besoins des entreprises, il est important de garder à l’esprit la sécurité et la standardisation des plateformes pour permettre une véritable mise à l’échelle. L’année passée, Red Hat a commandé une étude à S&P Global sur l’état de la sécurité en périphérie des réseaux, dont les conclusions montrent que près de la moitié (47 %) des décideurs considèrent que la sécurité des données, du réseau et des appareils physiques et numériques comptent parmi les plus grands défis liés au déploiement de l’informatique en périphérie. Cela s’explique facilement. Plus il y a d’appareils, plus la surface d’attaque accessible aux cybercriminels est étendue et ce problème peut se révéler assez complexe à résoudre. C’est pourquoi Red Hat veut mettre en avant davantage de standardisation au moyen d’une plateforme commune qui dispose de capacités de sécurité cohérentes et fiables et aide les fabricants à gérer leur sécurité à grande échelle. Cela contribue à réduire la complexité opérationnelle et permet aux organisations de bénéficier d’une meilleure interopérabilité.

En tant que leader de confiance dans ce domaine, Red Hat encourage la cohérence, renforce la fiabilité et met à disposition une plateforme adaptée à l’innovation ouverte, quel que soit le projet mis en œuvre ou la manière dont celui-ci fonctionne.

https://www.redhat.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: