En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les technologies agiles : la clé de la prospérité du secteur manufacturier en 2017 ?

Par Hélène Forge, Senior Territory Manager France & Benelux, Epicor Software Corporation

Publication: 10 février

Partagez sur
 
A l’heure des bilans, il est important d’observer les tendances émergentes pour se préparer aux nouveaux enjeux de 2017. Quoiqu’il arrive, la technologie va continuer à jouer un rôle central pour plusieurs secteurs...
 

Alors que le concept de "troisième révolution industrielle" est souvent évoqué, voici 5 tendances clefs susceptibles de changer la donne du paysage industriel en 2017 et au-delà.

1. Des usines intelligentes

Derrière l’expression « usines intelligentes » se cache tout simplement l’informatisation de la fabrication, c’est-à-dire le recours à des machines suffisamment sophistiquées pour communiquer entre elles, contrôler des procédés mécaniques et prendre des décisions. Selon les experts du secteur, créer un environnement de fabrication « intelligent » présente de nombreux avantages : productivité accrue, spécifications produits plus précises et élargissement potentiel de la base de clients.

2. L’ ERP dans le Cloud

Les fabricants vont se tourner de plus en plus vers le Cloud pour y faire héberger leur progiciel de gestion intégré (ERP). De fait, opter pour une solution professionnelle déployée dans le Cloud présente de nombreux avantages. Outre qu’il est plus rentable, le Cloud est synonyme d’évolutivité puisqu’il s’adapte à tout moment aux besoins de l’activité. Autre avantage : le service informatique peut déléguer à son fournisseur bon nombre de tâches liées à l’hébergement de l’ERP. Enfin, les mises à niveau sont la plupart du temps plus faciles à effectuer, avec des répercussions moindres sur l’activité.Face à des procédés de fabrication toujours plus sophistiqués et des technologies dont l’usage s’impose à tous les niveaux de l’entreprise ??? impliquant un plus grand nombre d’utilisateurs, sur des sites différents ??? la capacité de stockage nécessaire va s’accroître et on assistera probablement à une généralisation de ce mode de travail.

3. La servicisation

Sujet phare de l’année 2016, la « servicisation » ou intégration de plus en poussée des produits et des services qui marque la fin de la fabrication de produits seulement pour une offre plus complexe qui englobe le produit accompagné de tous ses services associés sera probablement adoptée par un nombre grandissant d’entreprises en 2017. Celles-ci l’intégreront sous une forme ou une autre dans leur modèle de développement pour se distinguer de la concurrence et rester compétitives sur leur secteur.

Pour se préparer à la complexification inhérente à cette servicisation ??? plus de facturation, de gestion des ressources, d’éléments dans la chaîne logistique et de données actualisées à gérer ??? les entreprises vont devoir s’assurer de disposer des processus et technologies nécessaires pour réussir la transition et atteindre le niveau de services supplémentaires qu’elles souhaitent offrir à leurs clients.

4. Une économie circulaire

L’économie circulaire est une autre solution face à l’économie linéaire traditionnelle à laquelle les consommateurs sont habitués (produire, consommer, jeter). De nombreux acteurs du secteur manufacturier constatent qu’un changement profond s’opère actuellement dans la société, en lien avec l’impact de notre mode de vie sur l’environnement. Devenus plus responsables, les consommateurs s’attachent dorénavant à recycler et réparer les objets, plutôt qu’à les mettre au rebut une fois qu’ils sont cassés ou devenus inutiles.

La Suède offre un parfait exemple d’économie circulaire en octroyant des avantages fiscaux lorsque les biens sont réparés au lieu d’être jetés. À terme, cette pratique débouchera probablement sur un nouveau mode de consommation qui privilégie la location plutôt que l’achat de biens. Ainsi, le fabricant récupérera le matériel arrivé à la fin de sa « première vie » pour le démonter en vue de le réassembler ou d’en réutiliser les pièces. Outre que ce type de consommation influencera de façon significative les procédés de conception et de fabrication, il s’inscrit dans la même logique qui pousse les entreprises à intégrer la servicisation dans leur offre.

5. Le nouveau personnel du secteur manufacturier

À l’avenir, les compétences du personnel devront évoluer. Il ne s’agira pas de réduire les effectifs, mais de leur faire opérer un virage en matière de formation. Ils devront mieux connaître les systèmes, être capables de configurer les équipements et les appareils, savoir interpréter les données. Bref, ils auront les mains sur le clavier plutôt que dans le cambouis. Il faudra donc que le système éducatif s’engage dans cette voie technologique, pour former ce personnel agile aux compétences étendues et lui donner les moyens de s’épanouir dans ce meilleur des mondes.

http://www.epicor.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: