En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Snapchat IPO : avis d’expert Cass Business School

Par Sonia Falconieri, enseignant chercheur en finances à la Cass Business School

Publication: 2 mars

Partagez sur
 
« Tout le monde veut un morceau de Snapchat, mais la demande de détail ne sera pas suffisante pour relever les 18 milliards de dollars dont Snapchat a besoin »...
 

« Au cours des dernières années, la discussion sur l’introduction en bourse des entreprises high-tech a tourné autour de la question de savoir si les évaluations impressionnantes des banques d’investissement avaient eu un sens, étant donné les bases de l’entreprise (ou l’absence de toute base). Snapchat ajoute une autre couche à la discussion : les actionnaires éventuels n’auront pas leur mot à dire sur les décisions de l’entreprise.. »

« La société demande aux investisseurs potentiels de croire beaucoup en sa capacité à se développer et à devenir éventuellement rentable. Basé sur l’expérience de certains de leurs prédécesseurs les plus célèbres, il n’y a pas beaucoup de raisons d’être optimiste. En fait, à l’exception de Facebook, (même pour eux, il a fallu beaucoup de temps avant que le cours de l’action dépasse leur prix d’offre d’introduction en bourse), des entreprises comme Twitter ou Groupon se négocient nettement en dessous de leur prix d’offre d’IPO. Snapchat opère dans un marché relativement de niche : la concurrence est féroce la stratégie similaire d’Instagram Stories a eu un effet immédiat sur leur base de clients et a provoqué une forte baisse des chiffres. »

« Alors que les investisseurs institutionnels se sentent concernés d’une façon raisonnable, le marché du détail est de plus en plus excité, comme c’est toujours le cas pour ces IPO de profil high tech. Tout le monde veut un morceau de Snapchat, mais la demande de détail ne sera pas suffisante pour relever les 18 milliards de dollars dont Snapchat a besoin. Au final, l’introduction en bourse sera un succès seulement si les investisseurs institutionnels achètent assez pour oublier le fait qu’ils ne pourront pas prendre le volant si (ou peut-être quand) les choses commencent aller mal. »

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: