En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Proto Labs : Industrie 4.0 : Connectivité automatisée

Publication: 9 août

Partagez sur
 
L’industrie 4.0 est considérée comme représentant l’avenir. Quelques acteurs l’ont déjà adoptée, mais elle reste à l’état de projet pour bien d’autres...
 

A lire dans le N°117 d’Electronique Mag

Comment davantage de fabricants peuvent-ils exploiter les opportunités qu’elle offre ? Stephen Dyson, responsable de l’Industrie 4.0 au sein de la société de services de fabrication numérique Proto Labs donne des conseils de première main.

L’enthousiasme suscité par l’Industrie 4.0 est palpable. Le phénomène dit de quatrième révolution industrielle entraîne indéniablement des changements, en offrant de nouvelles possibilités par l’exploitation de la fabrication numérique, de la robotique et de l’automatisation. Mais pour nombre de fabricants, l’Industrie 4.0 soulève un problème plus concret : si la fabrication numérique et l’automatisation représentent l’avenir, comment s’adaptent-elles au niveau de l’ensemble de leur entreprise ?

Une grande partie des débats autour de l’Industrie 4.0 s’est attardée davantage sur les résultats plutôt que sur les modalités. Les processus de fabrication connectés au Web reposant sur une automatisation et une robotique avancées fournissent des niveaux de productivité, de qualité et d’efficacité sans égal - ouvrant ainsi la porte à des modèles commerciaux entièrement nouveaux tels que le service en ligne de production et la fabrication sur commande.

Le défi consiste à en permettre la réalisation, au moyen d’un cheminement détaillé depuis la position actuelle des entreprises vers un avenir caractérisé par la fabrication numérique et des niveaux d’automatisation élevés. Et il s’agit d’une évolution affectant non seulement les ateliers mais également l’entreprise dans son ensemble, et la chaîne d’approvisionnement au-delà. L’Industrie 4.0 ne se résumant pas à une approche différente de la fabrication, elle implique également une attitude entièrement nouvelle en matière de gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Un paradigme différent

Considérez l’impact de l’Industrie 4.0 et de la fabrication numérique sur les processus de fabrication et commerciaux traditionnels. Le monde de l’Industrie 4.0 implique des temps d’exécution ultra réduits, une production à la demande, une personnalisation de masse et une opportunité pour les fabricants, quelle que soit la taille de leur activité, afin de se mesurer aux concurrents mondiaux.

Par conséquent, la chaîne de valeur traditionnelle - c’està- dire de l’usine au grossiste, du grossiste au détaillant et du détaillant au consommateur, chaque étape bénéficiant du soutien de stocks importants - est habilement laissée de côté par la connectivité numérique. Les clients peuvent commander des produits directement, par le biais d’une interaction avec des outils de configuration de produits en ligne et de systèmes de prise de commande PGI (progiciel de gestion intégré) basés sur Internet. Une fois une commande reçue, la fabrication et l’exécution peuvent suivre automatiquement.

Certains fabricants seront tentés de qualifier ce phénomène de battage publicitaire ou de science-fiction. Mais ils le feront à leurs risques et périls : l’Industrie 4.0 commence graduellement à se déployer, d’une entreprise à l’autre, à mesure que des fabricants associent les techniques de fabrication numérique à la connectivité du web en vue de transformer de manière radicale l’art du possible.

Fabrication connectée

Par exemple, au sein de Proto Labs, nous utilisons des technologies d’impression 3D avancée, d’usinage CNC et de moulage par injection afin de produire des pièces en quelques jours seulement. Ceci fait de nous l’atelier de fabrication numérique de prototypes sur mesure et de petites séries de pièces de production le plus rapide au monde, en offrant aux concepteurs et aux ingénieurs du monde entier une vitesse de mise sur le marché inégalée.

Il importe de souligner que la force de cette approche ne s’appuie pas sur les éléments individuels de la technologie de production que nous utilisons mais sur la façon dont la fabrication numérique rend ces technologies disponibles au sein d’un processus numérique de bout en bout qui commence avec le client et se termine avec l’envoi d’une pièce, parfois un jour à peine après sa date de commande.

Ainsi, notre système de devis automatisé fournit un prix en temps réel au moyen d’un logiciel propriétaire qui convertit des modèles de CAO 3D numériques en instructions destinées à des machines de fabrication ultrarapides. Des ingénieurs spécialisés se tiennent à votre disposition pour répondre aux questions techniques et améliorer le service et la sélection de matériaux. Une analyse de conception a lieu en quelques heures et non quelques jours. Et nos interventions répondent à un modèle commercial basé sur le Web, nos services étant ainsi aisés et pratiques à utiliser.

Se lancer

Il apparaît assez clairement que des capacités de ce type représentent un paradigme très différent des modèles commerciaux conventionnels et de la chaîne de valeur traditionnelle. Elles exigent un investissement en termes d’intégration, par exemple. Les systèmes de back-office nécessitent une mise à niveau, et des applications Web orientées client doivent être développées. Les outils d’analyse importent davantage. Et généralement, les entreprises constatent que le profil de compétence de leur force de travail doit changer. Les compétences de fabrication traditionnelle deviennent moins importantes, tandis que l’ensemble de compétences en matière de fabrication numérique, de robotique et d’automatisation prennent de l’importance.

Pour certaines d’entre elles, l’Industrie 4.0 ressemble fortement aux usines sans être humain des années 1980 au cours desquelles l’automatisation était censée remplacer entièrement les personnes et où les robots dominaient la scène. Bien évidemment, ceci ne s’est jamais produit. Et ce nullement du fait que la technologie ne le permettait pas mais parce que le modèle commercial sousjacent n’avait pas changé. Ceci n’est pas le cas avec l’Industrie 4.0 pour laquelle l’accent n’est pas tant mis sur la technologie mais plutôt sur les avantages commerciaux que celle-ci peut apporter.

Le conseil de Proto Labs ? Adopter les avantages commerciaux que confèrent les avancées technologiques de la quatrième révolution industrielle. Sous sa forme la plus simple, la fabrication numérique consiste en une série de liens reliant les clients aux processus commerciaux et aux technologies de production. Alors commencez à établir ces liens, en envisageant chaque nouveau lien comme une étape supplémentaire sur le parcours de la fabrication numérique qui se termine avec l’Industrie 4.0.

http://www.protolabs.co.uk/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: