En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Des robots bénéficiant de l’aide igus

Publication: 12 septembre

Partagez sur
 
Les équipes NimbRo et B-Human remportent la compétition internationale de robots footballeurs au Japon...
 

Tirer, attraper une balle au bond, sauter, se relever après une chute, ce que des footballeurs professionnels exécutent au quotidien, les robots des équipes NimbRo et B-Human sont aussi capables de le faire. Lors de la RoboCup au Japon, les équipes de Bonn et de Brême en Allemagne ont pu démontrer qu’elles étaient les meilleures de leur catégorie. Dans la catégorie TeenSize de la ligue de football humanoïde, l’équipe NimbRo de Bonn dotée de la plateforme humanoïde igus a remporté le titre de champion du monde. L’équipe B-Human de Brême sponsorisée par igus est aussi parvenue à défendre son titre dans la ligue à plateforme standard.

La RoboCup est la principale compétition internationale de robotique humanoïde et est aussi un forum où sont testées les nouveautés et où sont échangés les savoirs. Cette année, elle a eu lieu à Nagoya, la ville qui avait déjà accueilli le premier championnat du monde de football robotique 20 ans plus tôt. Pendant quatre jours, des robots s’y sont affrontés en 17 différentes disciplines. Du football à la logistique en passant par les soins et les services. Dans la ligue des robots footballeurs humanoïdes, l’équipe NimbRo de Bonn assistée par igus a remporté le titre de champion du monde en catégorie TeenSize. Dans la ligue à plateforme standard, l’équipe B-Human sponsorisée par igus est parvenue à défendre son titre de champion du monde au cours d’un duel à suspense.

La plateforme humanoïde ouverte igus continue d’engranger les succès

L’année dernière, l’équipe NimbRo avait déjà remporté le titre dans la catégorie TeenSize de la ligue de football humanoïde de la RoboCup. Cette année aussi, l’équipe du groupe de travail Systèmes intelligents autonomes de l’Université de Bonn a fait confiance à la plateforme humanoïde ouverte igus. L’équipe de football qui a remporté le titre est composée de robots source ouverte de 92 centimètres imprimés en PA12. La plateforme humanoïde igus a été mise au point par la société igus et l’Université de Bonn dans le cadre d’un projet de transfert bénéficiant de l’aide de la Deutsche Forschungsgemeinschaft, une institution de promotion de la recherche scientifique en Allemagne. La société igus propose, avec son système robolink, des modules robotiques économiques pour l’industrie et la recherche. "Cette année, la plateforme humanoïde igus a été revue plusieurs fois avec de nombreuses mises à jour, relate Professeur Sven Behnke, responsable du groupe de travail universitaire. "Nous avons amélioré la capacité cognitive des robots et aussi stabilisé leurs mouvements. Au cours des années passées, deux joueurs seulement par équipe étaient admis sur le terrain. Pour la première fois cette année, trois robots ont pu jouer par équipe, ce qui nous a amené à élargir encore l’action coordonnée des robots entre eux." Les optimisations apportées ont fonctionné à merveille. L’équipe de Bonn n’a pas encaissé un seul but dans toutes les parties et s’est imposée en finale 2 à 0 contre l’équipe HuroEvolutionTN de Taiwan.

Victoire à répétition pour B-Human dans la ligue à plateforme standard

Cette année aussi, l’équipe B-Human de l’Université de Brême, sponsorisée par igus, devait faire des prouesses dans la ligue à plateforme standard. Dans cette catégorie, toutes les équipes se lancent dans la compétition avec cinq robots de communication NAO. Avec son logiciel, l’équipe B-Human a remporté la compétition technique mais aussi la compétition en équipe mixte sous le nom de B-HULKS avec l’équipe HULKS de l’Université technique de Hambourg-Harburg ainsi que le championnat dans son ensemble au cours d’une finale à suspense. "Sur la nouvelle pelouse artificielle, nos joueurs n’étaient pas en mesure de lancer le ballon loin, et les joueurs près du but adverse devaient donc attendre assez longtemps tandis que les robots de l’Université de Leipzig montaient maintes fois à l’attaque", rapporte Dr. Tim Laue, le directeur de l’équipe B-Human. "Mais grâce à une solide défense et à deux bons tirs, nous sommes quand même parvenus à remporter la partie 2 buts à 1."

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: