En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les avantages et les inconvénients du multicloud pour les entreprises

Par Edouard Beaucourt, Directeur France & Europe du Sud, chez Tableau

Publication: 19 février

Partagez sur
 
De plus en plus d’entreprises transfèrent données et applications principales vers le cloud. Elles adoptent le cloud très rapidement : optant pour le « lift and shift » ou pour le « re-platforming »...
 

Les entreprises ont vite pris conscience qu’une solution cloud unique ne peut pas répondre à leurs futurs besoins. Aussi, en 2018, leur stratégie sera progressivement axée autour d’un modèle multi-cloud. Gartner prévoit que l’approche multi-cloud deviendra la norme pour 70 % des entreprises d’ici 2019, contre à peine 10 % à l’heure actuelle.

Toutefois, l’adoption de cette tendance doit s’accompagner d’une prise de conscience lucide des bénéfices et des difficultés impliqués par la migration vers ce type d’environnement. Même si l’approche multi-cloud offre une plus grande flexibilité, elle peut augmenter les coûts car elle implique de répartir la charge de travail de l’entreprise entre plusieurs fournisseurs. Les gains en termes de fiabilité et de temps de disponibilité sont des points forts, mais la gestion de plusieurs environnements cloud risque de disperser le service informatique.

Les entreprises doivent donc peser le pour et le contre de ces deux courants de pensée pour réussir leur déploiement multi-cloud :

Avantage n° 1 : opter pour le fournisseur le plus performant

Les entreprises craignent de plus en plus d’être confinées à une solution existante unique. C’est pourquoi l’évaluation et la mise en place d’un environnement multi-cloud peuvent les aider à déterminer le fournisseur dont les performances et la prise en charge conviennent les mieux à leurs besoins spécifiques. L’entreprise GE, par exemple, a revu sa stratégie d’hébergement cloud pour exploiter à la fois Microsoft Azure et Amazon Web Services. Son intention était de comprendre quel environnement d’hébergement était le plus performant et de voir quel contrat lui permettait de minimiser les coûts répercutés sur les clients. En fin de compte, les entreprises peuvent tester plusieurs technologies de différents fournisseurs avant de faire leur choix. Elles sont ainsi sûres d’acquérir la solution qui leur convient le mieux et au meilleur prix.

Inconvénient n° 1 : augmenter ses coûts et réduire son pouvoir d’achat

L’adoption d’une stratégie multi-cloud peut diminuer le pouvoir d’achat d’une entreprise. Si elle répartit ses achats entre plusieurs fournisseurs, elle ne peut pas profiter d’économies d’échelle. L’entreprise risque donc d’acheter moins, pour plus cher. En outre, les coûts peuvent augmenter, car dans ce scénario, le service informatique travaille avec plusieurs fournisseurs de services cloud au lieu de se consacrer à une plateforme cloud unique.

Avantage n° 2 : gagner en fléxibilité

L’approche multi-cloud offre une plus grande flexibilité aux entreprises en permettant au service informatique de concevoir un cloud réellement adapté à leurs exigences. A titre d’exemple, un fournisseur de services cloud peut proposer de meilleurs contrôles de sécurité que ses concurrents, tandis qu’un autre prestataire peut se vanter d’offrir une architecture avec un plus haute disponibilité. En utilisant plusieurs clouds, les entreprises ont la possibilité de choisir l’option de déploiement la plus adaptée à une grande variété de tâches informatiques en combinant les atouts de ces différents clouds pour atteindre leurs objectifs commerciaux.

Inconvénient n° 2 : comprendre le fonctionnement et gérer différentes plateformes

Il faut déjà beaucoup de temps et de ressources pour se familiariser avec une plateforme cloud unique. L’utilisation de plusieurs environnements cloud, ayant chacun leurs complexités, peut donc s’avérer vite problématique. Les ressources mobilisées ont, en effet, moins de temps à consacrer à d’autres tâches comme la création de nouvelles fonctionnalités informatiques ou la gestion du service client. Qui plus est, si un environnement multi-cloud n’est pas surveillé et contrôlé correctement, les problèmes opérationnels commencent à s’accumuler et créent des obstacles à la gestion du contrôle des accès et des mises à jour de sécurité. Un environnement multi-cloud efficace nécessite donc une planification et une allocation des ressources poussées, car les équipes de développeurs internes doivent maîtriser plusieurs plateformes et mettre en place des processus de gouvernance supplémentaires en fonction des différents environnements à prendre en charge.

Avantage n° 3 : diminuer ses risques de temps d’arrêt

L’utilisation d’une seule plateforme cloud peut s’avérer risquée, étant donné que la majorité des données est stockée au même endroit. L’avantage avec une stratégie multi-cloud, c’est qu’en cas de panne ou de baisse de performances de l’une des plateformes cloud, les applications peuvent continuer à tourner sur une autre. Il est essentiel de prendre en compte la question de la fiabilité et du temps de disponibilité, car la diminution des risques de temps d’arrêt permet de booster la productivité et les performances globales des entreprises.

Inconvénient n° 3 : assurer la sécurité des données

La sécurité est une question importante lorsque l’on parle du cloud, et encore plus des environnements multi-cloud, car les données qui y sont hébergées sont sensibles. La complexité accrue que sous-tend l’approche multi-cloud peut entraîner davantage de problèmes de sécurité, surtout si l’environnement multi-cloud n’est pas géré de manière adéquate et si les mises à jour de sécurité ne sont pas appliquées correctement. En revanche, l’utilisation de plusieurs clouds peut réduire le risque de perte généralisée des données ainsi que les temps d’arrêt dus aux pannes matérielles. En combinant plusieurs clouds, les entreprises ont la possibilité de sécuriser leurs données sur un cloud privé et de mener d’autres activités dans un environnement cloud public. Enfin, avec un environnement multi-cloud, les équipes de développeurs internes doivent maîtriser plusieurs plateformes et mettre en place des processus de gouvernance supplémentaires en fonction des différents environnements à prendre en charge.

Comme tout porte à croire que l’approche multi-cloud va se généraliser en 2018, les entreprises vont devoir ruser en mesurant le degré d’adoption de chaque plateforme cloud, l’utilisation en interne, ainsi que le coût des exigences et de la mise en œuvre des charges de travail. Afin de trouver la bonne solution pour son entreprise, il faut absolument commencer par peser le pour et le contre de cette tendance.

http://www.tableau.com

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: