En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Less is more en webdesign

Par Laurent BOURGEOIS, Directeur Général Adjoint de JETPULP

Publication: 24 septembre

Partagez sur
 
Less is more est une maxime minimaliste qu’on pourrait traduire par « moins, c’est plus »...
 

Popularisée par Mies Van der Rohe (architecte allemand), elle pose les bases de ce qui deviendra par la suite un courant d’art contemporain, l’Art minimal, puis une tendance plus globale dans différents domaines : l’architecture, la musique, la littérature, etc. Le design graphique. Cette tendance se caractérise par l’utilisation d’éléments simples, de lignes épurées, de matériaux sobres. L’idée étant de se libérer le plus possible des artifices qui ne sont pas essentiels.

Comment faire simple

Aujourd’hui, cette tendance est très populaire, mais que ce soit en art, en architecture ou en design graphique, le secret du minimalisme réside dans notre capacité à faire des choix. Il ne s’agit pas uniquement d’en appliquer les codes sans réellement les comprendre. Par exemple, nous souhaitons tous des interfaces « épurées, simples et intuitives… ». Personne ne vous demandera une interface chargée et compliquée… Tout le monde souhaite que son site soit simple et intuitif. Mais dans les faits, nous oublions trop souvent cet objectif. Il s’agit donc de se poser les bonnes questions, mais surtout d’y répondre de la meilleure façon, tant que faire se peut.

Pour arriver à l’essentiel, nous sommes contraints de supprimer certains éléments, certains objets, certaines fonctionnalités… Lesquels sont indispensables ? Lesquels seront inutiles dans le futur ? Lesquels amélioreraient l’expérience de l’utilisateur s’ils étaient finalement soustraits ?

Il est important de toujours voir les choses sous un autre angle. Nous devons sans cesse questionner les standards, comprendre ce que ces soustractions sont capables de nous apporter de plus. Si, en 1998, Steve Jobs avait décidé de garder le lecteur de disquettes sur ses ordinateurs, aurions-nous accès aujourd’hui à la quasi-totalité de la musique mondiale derrière une simple icône d’application ? Certains choix qui peuvent paraître contraignants au premier abord peuvent donner naissance à de nouveaux usages et à l’amélioration de l’expérience utilisateur dans tous les domaines.

Faire simple en webdesign

En webdesign, la tendance Less is more est proche de la notion de « distraction free reading experience » maintes fois évoquée par Adrian Zumbrunnen (iA Writer), qui consiste à balayer toutes traces de distractions des interfaces, pour ne garder que l’essentiel et rester le plus possible focalisé sur ce qui importe vraiment.

En e-commerce, ce sujet est d’autant plus complexe. Comment faire vivre le minimalisme en répondant aux enjeux de transformation ou de performances de ventes du site ?

Il existe un certain nombre d’exemples d’interfaces minimalistes qui répondent parfaitement au principe du « less is more ». Tinker Watches par exemple, avec une page liste qui ne conserve que l’utile lorsqu’on souhaite choisir tel ou tel article/produit. Ou encore ETQ et sa fiche produit qui se concentre vraiment sur le produit avec un grand visuel très présent.

On pourrait terminer en disant que tout le paradoxe du less is more et du minimalisme est sa complexité à être mis en place. Faire simple, c’est compliqué. Mais avec du recul, un peu de réflexion et en se posant les bonnes questions, on peut améliorer nos interfaces, les rendre plus épurées, plus intuitives…

http://www.jetpulp.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: