En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Chief Data Officer : le porte-drapeau de la génération « citizen data scientist »

Par Raphaël Savy, Directeur Europe du Sud chez Alteryx

Publication: 7 novembre

Partagez sur
 
Aujourd’hui, transformation digitale oblige, les données représentent le nerf de la guerre que se livrent les entreprises...
 

Peu importe la taille et le secteur d’activité, toutes se dotent d’innovations technologiques qui, pour la plupart, ont besoin de données créer et tirer profit d’avantages compétitifs.

Afin de mieux gérer et comprendre quelles données traiter et exploiter, certaines organisations font appel à des Chief Data Officier (CDO). Ces derniers comptent d’ailleurs parmi les principaux pivots de la transformation digitale. Selon une étude menée par PWC en début d’année, le rôle du CDO est en pleine évolution avec un champ d’action qui s’élargit.

Dorénavant, en plus de devoir valoriser les données, il s’impose un peu plus dans les enjeux business de l’entreprise. Seulement, on constate que si leurs missions se diversifient et que la demande devient plus accrue, le réservoir de talents est loin d’être fourni.

Pénurie de CDO, place au citizen data scientist…

L’un des principaux obstacles auquel les CDO sont actuellement confrontés est l’absence de profils qualifiés dans la science des données. IBM prédit qu’aux États-Unis, la demande de candidats spécialisés dans la gestion des données tels que les analystes marketing (Marketing Data Analyst) représentera un tiers de ce marché très spécialisé. La firme prévoit même une hausse de 110 000 postes d’ici 2020 tandis qu’en parallèle, seuls très peu de diplômés intégreront le marché du travail avec les qualifications requises pour ces postes.

Face à une telle pénurie de talents, force est de constater que toutes les entreprises ne pourront pas enrôler le profil tant recherché. Pour y remédier, certaines entreprises n’ont pas d’autres options que de fournir aux équipes existantes des solutions analytiques plus simples. Ainsi, plutôt que de consacrer du temps et de l’argent à s’écharper avec la concurrence afin de trouver les rares profils compétents, il sera plus rapide de former certains collaborateurs qui verront leurs missions évoluer grâce à ces outils d’analyses simplifiés. Le « citizen data scientist » est né !

Selon Gartner, « il s’agit d’une personne qui peut allier “data science” et expertise métier lui permettant ainsi d’extraire de la valeur des données afin de répondre aux besoins des métiers ». Gartner prédisant qu’à l’horizon 2020, 40 % des tâches de data science seront automatisées, une personne sans formation spécifique pourra donc, avec les solutions appropriées, faire le travail d’un data scientist. De nombreuses entreprises considèrent d’ailleurs qu’il s’agit de la solution la plus pratique, et rentable, pour voir émerger une nouvelle génération de « citizen data scientists ».

Face à l’expansion des données, les entreprises veulent que les données génèrent plus de valeur. Les data scientists consacrent ainsi toujours plus de temps à collecter et manipuler les données, sous une forme qui puisse être modélisée et exploitée dans différents secteurs de l’entreprise.

En essayant de favoriser une culture axée sur les données, les data scientists courent le risque de passer trop de temps sur cette partie du processus de modélisation, à faible valeur ajoutée. Toutefois, l’émergence des « citizen data scientists » permettra d’améliorer le niveau de productivité de l’ensemble de l’organisation. Désormais leurs compétences seront imprégnées dans tous les services de l’entreprise, généralisant ainsi la culture de la data en interne. Cette optimisation des ressources facilitera le rôle du CDO qui pourra ainsi déléguer certaines tâches et se consacrer à ses principales missions, à savoir : assurer la qualité et la fiabilité des données ? ; piloter l’usage des dites données et surtout organiser la stratégie de leur collecte.

Pour y parvenir, l’utilisation d’outils en libre-service adéquats permettra aux employés, et ce, quel que soit leur niveau technique, d’être plus autonomes. La mission du CDO sera donc de garantir que les data scientists s’attellent à créer des modèles qui permettront de résoudre les problématiques des métiers et, in fine, améliorer la compétitivité de l’entreprise.

http://www.alteryx.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: