En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les questions à se poser avant de définir sa stratégie multicloud

Par Jérôme Totel, Vice-Président Sales Engineering & Product Development chez DATA4

Publication: 29 mars

Partagez sur
 
D’après IDC, d’ici à 2021, les revenus générés par l’industrie du cloud hybride devraient peser 68,8 milliards de dollars, soit une croissance moyenne annuelle de 20%...
 

Néanmoins, les entreprises ont toujours quelques réticences à passer au cloud hybride, la plupart tout simplement parce qu’elles ne sont pas au fait de ce que cela peut concrètement leur apporter. Faisons le point sur la valeur ajoutée du cloud hybride et les questions à se poser pour choisir la stratégie cloud la plus adaptée à ses besoins.

Qu’est-ce que le cloud hybride ?

Avant toute chose, il convient d’expliquer ce qu’est le cloud hybride. La définition la plus communément usitée est la suivante : il s’agit de la combinaison entre des services hébergés en cloud privé (hébergés dans des datacenters privés ou en colocation) et en cloud public. Chacune de ces solutions de stockage apporte des avantages spécifiques, que ce soit en matière de sécurité, de flexibilité, ou encore d’accessibilité. Mais qui dit cloud hybride dit également data center, pierre angulaire du dispositif. Du choix de sa solution d’hébergement dépendent la connectivité, la sécurité et la localisation physique de ses données. Appréhendons ensemble les enjeux à prendre en considération pour bâtir une stratégie de cloud hybride gagnante.

Quels sont mes besoins ?

Avant de se lancer, l’entreprise doit clairement définir ses besoins et ses objectifs. En effet, le cloud privé et le cloud public offrent chacun des avantages spécifiques. Le cloud hybride combine le meilleur des deux mondes mais il doit avant tout répondre aux attentes de l’entreprise : sécurité, conformité à la réglementation et localisation des données, facilité d’accès (si nécessaire), achat de services en mode « as-a-Service » (ex : achat de Stockage as a Service afin d’externaliser la gestion des équipements de stockage), externalisation de la gestion des infrastructures physiques, possibilité d’étendre ponctuellement les ressources de machines virtuelles, etc.

Pourquoi migrer vers le cloud hybride ?

Le cloud hybride, en combinant les atouts des clouds publics et privés permet d’accéder à une flexibilité optimale tout en garantissant un niveau de sécurité adapté. Par ailleurs, le cloud hybride offre également un meilleur contrôle des coûts, permettant au client de ne payer que les ressources et services dont il a besoin et qu’il utilise. Bien entendu, cela implique que le client doit également se responsabiliser, dans la mesure où il devra payer à chaque réservation de la machine, même si elle n’est pas utilisée suite à un oubli de leur part, par exemple.

Une entreprise a la possibilité d’utiliser uniquement certains services et de ne déployer que certaines « workloads », sélectionnées en amont, dans le cloud. En parallèle, cette même entreprise peut également déployer d’autres « workloads », comme les serveurs Web, les bases de données et les environnements de test, dans un cloud public. Cela peut être particulièrement intéressant si la durée de vie de ces workloads est plutôt limitée. Elles peuvent en effet être facilement supprimées.

Quelles sont les limites du cloud hybride ?

Avant de se lancer dans une stratégie multicloud, il faut également avoir conscience des contraintes de ce modèle et s’assurer qu’il est pertinent pour son entreprise, mais également que l’on dispose des capacités et compétences suffisantes pour l’adopter et le maintenir.

Le cloud hybride peut s’avérer complexe à mettre en œuvre. C’est d’ailleurs pour cette raison que la plupart du temps, les entreprises externalisent cette tâche en faisant appel à des partenaires spécialisés. La connexion entre le cloud public et le cloud privé est primordiale : il faut avoir une politique claire sur le réseau.

Par ailleurs, les cloud hybrides doivent être surveillés en permanence et nécessitent donc des investissements supplémentaires, notamment en matière de sécurité et de connectivité.

Comment bien définir sa stratégie multicloud ? qu’est-ce qu’une bonne stratégie multicloud ?

- Réaliser une cartographie de son système d’information : Il faut étudier minutieusement ses applications et autres bases de données, puis se demander quels sont les délais de transit nécessaires et acceptables afin que les applications fonctionnent correctement, mais également définir les niveaux de services que l’on veut livrer aux clients finaux pour chaque application, qu’elle soit interne ou externe. Cette étape consiste également à répartir les applications entre le public et le privé, en tenant également compte des aspects sécurité et autres réglementations en vigueur (RGPD, PSD2…).

- Définir sa stratégie de cloud public : Le client enverra certaines de ses applications / données sur un cloud public car il répondra à certaines exigences (temps de latence, plateformes mutualisées, partage des ressources…), et tout ce qu’il ne souhaite pas retrouver sur un cloud public sera envoyé sur un cloud privé, toujours dans cette optique de répondre à des besoins précis (performances, fiabilité, sécurité…)

- Choisir la solution d’interconnexion entre les 2 mondes : Il faut des solutions qui soient fiables pour être certain que l’application fonctionne de manière correct.

Par exemple, certaines solutions permettent de connecter une plateforme de cloud public (Amazon, Microsoft…) à la plateforme de cloud privé par un lien privé sans passer par internet et avec un temps de latence court.

Dans la définition de sa stratégie réseau, le client doit choisir le débit du port physique pour se connecter au cloud public, la plateforme du CSP (Cloud Service provider) de son choix et sa localisation géographique, ainsi que le débit alloué à chaque CSP et une solution redondante afin de garantir une continuité de service en cas de coupure du lien principal.

- Ne pas dévaloriser les offres de cloud public : Le cloud public souffre d’une image assez négative, dans la mesure où les entreprises comme le grand public le perçoivent comme le vilain petit canard en matière de protection des données et de fiabilité de la plateforme, principalement. Soyons clairs : le data center fourni est le même et les fonctionnalités et garanties sont également les mêmes. En revanche, les plateformes sont mutualisées. Le cloud public n’est pas mis de côté ou sous-estimé, il bénéficie du même traitement que le cloud privé en terme d’infrastructures data center.

- Le fournisseur de cloud impose lui-même sa sécurité physique : Le CSP gère les infrastructures de A à Z afin que le client puisse consacrer son temps et ses applications métiers relatives à la croissance de son entreprise. Les équipes IT peuvent ainsi se recentrer sur d’autres activités à valeur ajoutée pour assurer la bonne santé de l’entreprise, sans se soucier de la gestion opérationnelle du service cloud sélectionné.

Le cloud hybride présente de nombreux avantages mais dont l’entreprise ne peut bénéficier que si elle s’applique à mettre en place cette nouvelle infrastructure correctement et en s’alliant avec les partenaires et les solutions adéquates.

Les acteurs ne manquent pas en France, vivier de l’innovation, les entreprises doivent apprendre à faire le tri et ainsi à se tourner vers les prestataires pertinents pour répondre à leurs besoins spécifiques.

http://www.data4group.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: