En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Nouveaux produits

Une startup lance le frigo de demain

Publication: 29 mars

Partagez sur
 
Foodconect, livrera l’année prochaine ses premières FridgeBox, un frigo connecté d’extérieur permettant au client de recevoir ses produits en son absence...
 

« C’est une innovation mondiale. » Eryck Eby, fondateur de la startup Foodconect, n’est pas peu fier de sa création : la FridgeBox. Ce frigo connecté d’extérieur, placé « soit contre la maison, soit contre un mur du jardin, soit en bas de la résidence quand on aura l’accord de la copropriété », permet « la livraison et le stockage en l’absence du client », résume cet Yvelinois de 58 ans, 27 ans d’expérience chez Pages jaunes et Solocal group, et qui s’est lancé dans l’aventure après avoir réenclenché des études chez HEC. Il s’est d’ailleurs entouré de cinq autres diplômés de la célèbre école de commerce pour commencer, en juin 2018, à travailler sur ce projet de FridgeBox. Un premier prototype a été présenté le 19 mars au SQYcub de Guyancourt, où l’entreprise est incubée.

Cette FridgeBox bénéficiera de trois types d’alimentation différents : solaire grâce à un panneau solaire placé au-dessus, avec une batterie d’une autonomie de dix heures, ou, en option, électrique via une prise secteur. Dans un premier temps, dès le 15 avril, le client pourra pré-commander ce frigo intelligent sur un site internet dédié. Le site marchand définitif, Foodconect, qui permettra également de commander les produits, doit quant à lui être inauguré fin juin, suivi d’une application dont le lancement est prévu en octobre.

Une fois ce frigo reçu et installé, les clients peuvent commander des produits pour l’approvisionner. « Il rentre sur la marketplace, passe sa commande, et on a deux univers disponibles : 15 degrés pour les produits secs et 4 degrés pour les produits frais, » détaille Eryck Eby. « Il fait un panier alimentaire et une fois qu’il a choisi les articles, il valide ses conditions générales de vente, valide ‘‘portail/portillon ouvert’’, choisit le jour où il veut être livré et l’heure à laquelle il veut réceptionner. » La FridgeBox, va alors se mettre en route en fonction du jour et de l’heure de livraison sélectionnés. Car chaque FridgeBox est géolocalisée, et identifiée par un numéro destiné au livreur, qui va pouvoir y associer le numéro du colis et déverrouiller la porte de la box pour effectuer sa livraison.

Il sera possible d’effectuer des pré-commandes de FridgeBox dès la mi-avril, à un tarif préférentiel à partir de 31,90 euros TTC par mois. Toutes les transactions fonctionnent en location via des forfaits de stockage. « Ils [les clients] auront un acompte à verser et un engagement de 12 mois sur le forfait, qui peut être porté à 24 mois », ajoute Eryck Eby. Et de souligner que l’offre de sa startup qui siège au sein de la pépinière Promopole à Montigny-le-Bretonneux « répond à une triple problématique » : gain de temps, économies d’énergies en ne prenant pas son véhicule pour aller faire les courses, et gain d’argent. « En moyenne, un client qui fait ses courses en France consomme 150 heures par an, 75 kilos de CO2 par an, soit l’équivalent d’un aller-retour Paris-Londres en avion, […] et lorsque vous allez faire vos courses dans l’année, cela vous revient entre 500 et 800 euros par an », expose-t-il.

Eryck Eby rappelle toutefois que le frigo connecté n’arrive pas en substitution mais en complément d’un frigo traditionnel et des habitudes de consommation des ménages. « L’intérêt de la FridgeBox n’est pas de remplacer le fait de faire ses courses et d’aller chez les commerçants, mais de compléter le problème que tout le monde a rencontré un jour : nous avons des journées très chargées, on finit tard le travail, quand on rentre on est dans les bouchons, et lorsque nous arrivons près de chez nous pour faire les courses, il est souvent tard, expose-t-il. Là, quand on rentre le soir, on peut récupérer ses produits frais. »

Les clients « commenceront à recevoir les FridgeBox l’année prochaine, au premier semestre 2020 », indique Eryck Eby. L’entrepreneur se veut rassurant quant à la réussite de son projet, mentionnant sa validation par un constat d’huissier et des études de marché effectuées. Il affiche d’ailleurs déjà ses objectifs : au minimum « 5 000 pré-commandes » d’ici la fin 2019 et dans six ans « 500 000 » FridgeBox sur le territoire français.

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: