En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Le transfert de la bande des 700 MHz : un grand projet réalisé avec succès !

Publication: 17 juillet

Partagez sur
 
Retour sur 4 années de préparation pour l’attribution de la bande des 700 MHz aux services mobiles haut débit...
 

Depuis fin juin 2019, la bande des 700 MHz n’est plus utilisée pour la TNT. Au 1er juillet 2019, elle est désormais majoritairement dédiée, pour l’ensemble du territoire métropolitain, au haut débit mobile (4G).

Cette transition, qui s’est déroulée avec succès et selon le calendrier initialement prévu, aura duré plus de trois années, englobant :

- La phase du 5 avril 2016 qui a permis de faire passer, en une nuit et sur l’ensemble du territoire métropolitain, quasiment toutes les chaînes de la TNT en haute définition grâce à la modification du codage des signaux de la TNT ;

- Et 13 phases de réaménagements de fréquences TNT se succédant d’octobre 2017 à juin 2019 impliquant des interventions techniques sur la plupart des quelques 2 000 émetteurs implantés sur le territoire. 56 % des foyers français ont été concernés par ces opérations de changements de fréquences, soit 15 millions de ménages (nombre de foyers dépendants, sur au moins un poste de télévision de la réception hertzienne TNT).

Étape par étape, sans heurt, ce vaste projet qui s’inscrit dans un mouvement international et européen, aura permis d’en modifier l’usage pour répondre aux nouveaux besoins de nos concitoyens en matière de couverture et de débit des services mobiles. La France devient ainsi le premier des pays les plus peuplés de l’Union européenne à forte diffusion hertzienne à avoir réussi le transfert de la « bande 700 ».

La 13ème et dernière phase des réaménagements de fréquences : un bilan positif

Des interventions ont eu lieu dans la nuit de 24 au 25 juin pour réaménager les fréquences de la TNT dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Au total, 238 fréquences ont été modifiées pour environ 500 000 personnes impactées. Pour cette phase, 46,1 % des foyers en Auvergne-Rhône-Alpes disposent d’un téléviseur relié à l’antenne râteau et 43,7 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur, alors que la moyenne nationale est de 49,1 %.

Clôture de cette vaste opération

Le mardi 2 juillet, l’heure était aux remerciements. L’ANFR a organisé, conjointement avec le CSA, une soirée de clôture de cette belle et grande aventure. Les acteurs qui y ont contribué ont été conviés au pied de l’antenne parisienne la plus célèbre, la tour Eiffel, pour marquer d’une pierre blanche la fin de ce projet. La soirée a été ouverte par les discours de Roch-Olivier Maistre, Président du CSA, Martin Ajdari, Directeur général du développement des médias et des industries culturelles au ministère de la Culture, et de Gilles Brégant, Directeur général de l’ANFR.

L’observatoire du déploiement des réseaux mobiles

Chaque mois, l’ANFR publie son observatoire rendant compte du déploiement et de l’investissement des opérateurs dans les réseaux mobiles.

Au 1er juillet, 46 970 sites 4G ont été autorisés par l’ANFR, dont 41 930 en service, tous opérateurs confondus. Au mois de juillet, les autorisations et mises en service de sites 4G ont poursuivi leur progression : les demandes d’autorisations des sites 4G se sont accrues de 0,1 % et les mises en service de sites 4G ont également augmenté de 0,1 %. Le bilan des sites 4G mis en service en métropole s’établit comme suit :

1. Orange (19 468 sites, + 221 en juin 2019) ; 2. SFR (17 819 sites, + 88 en juin 2019) ;

3. Bouygues Télécom (17 332 sites, + 58 en juin 2019) ;

4. Free Mobile (12 887 sites, + 136 en juin 2019).

97 nouvelles stations 5G expérimentales ont par ailleurs été autorisées par l’ANFR en avril dans la bande 3,5 GHz, pour un total de 111 stations autorisées en France.

L’actualité européenne et internationale :

Préparation de la CMR-19 : la dernière ligne droite

Lors de sa réunion de mai 2019, le groupe européen de préparation de la CMR-19 (CPG) a adopté plusieurs propositions européennes communes (ECP) portant à 27 le nombre actuel d’ECP, couvrant, au moins partiellement, 17 points à l’ordre du jour. Certaines de ces ECP étaient particulièrement importantes pour la France, par exemple celles couvrant les points liés au système ARGOS (1.2 et 1.3), celle proposant les fréquences pour la composante satellite du VHF Data Exchange System (VDES) maritime ou encore celles proposant des « NOC » (No Change) dans la bande 32 GHz (point 1.13) et dans plusieurs bandes 5 GHz (1.16).

Les ECP les plus controversées seront débattues puis adoptées lors de la dernière réunion du CPG, la dernière semaine d’août. Les autres organisations régionales reconnues par l’UIT se réuniront aussi au cours de l’été pour adopter leurs propositions pour la CMR-19.

Le point 1.15 de la CMR-19 : les bandes de fréquences entre 275 à 450 GHz pour les services fixes et mobiles

L’enjeu de ce point est de définir un cadre réglementaire pour l’utilisation des bandes entre 275 et 450 GHz pour des applications des services fixe et mobile terrestre, tout en maintenant la protection des services scientifiques passifs déjà identifiés dans cette gamme de fréquences.

L’accès à cette gamme de fréquences pour des systèmes actifs reflète les grandes tendances de la demande pour des systèmes de communication très haut débit. A l’origine, le rapport UIT -R SM.2352 adopté en 2015 faisait la revue des orientations technologiques des services actifs dans la gamme de fréquences 275-3000 GHz.

Utilisation des drones sur les réseaux mobiles : quels enjeux pour le gestionnaire de fréquences ?

Aujourd’hui, l’usage des drones de loisirs se développe en Europe dans la bande 2,45 GHz « Wifi » et des travaux sont en cours pour qu’une partie des bandes « WiFi » 5 GHz soit aussi utilisable par les drones. Idéales pour le grand public, ces bandes présentent néanmoins une faiblesse majeure dans un cadre professionnel : elles ne peuvent être utilisées au-delà de la ligne de vue directe, pour les drones de grande élongation utiles dans les industries de réseaux : électricité, télécoms, ferroviaire, pétrolière etc. Une solution naturelle est d’utiliser les réseaux mobiles qui bénéficient d’une large couverture. Dans ce contexte, certains opérateurs mobiles ont lancé des expérimentations et des sociétés innovantes investissent ce domaine. Quels sont les enjeux fréquences posés par un tel usage alors que les réseaux mobiles sont planifiés pour une couverture et un usage au sol ?

Les satellites d’observation de la Terre - les bandes passives La newsletter de mai décodait les informations que l’on peut lire dans la presse sur le risque de perturbation des prévisions météorologiques par la 5G. Nous allons dans cette édition vous expliquer comment fonctionnent les satellites d’observation de la Terre et pourquoi leur protection est essentielle !

L’actualité française

Mise à jour du téléphone NOKIA 6.1 (TA-1043) à la suite d’un dépassement de la limite réglementaire du DAS "tronc.

Dans le cadre de ses missions de surveillance du marché des équipements radioélectriques et du contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, l’ANFR a contrôlé le téléphone Nokia 6.1 (TA-1043). Des mesures ont été réalisées afin de vérifier la conformité de ce téléphone aux exigences européennes concernant le DAS localisé "tronc". Les mesures de l’ANFR ont révélé des valeurs dépassant cette limite.

La société HMD GLOBAL OY a pris la décision de réduire la puissance de son terminal via une mise à jour automatiquement diffusée aux téléphones correspondants, dès lors qu’ils sont connectés à un réseau de données (réseau mobile ou WiFi).

http://www.anfr.fr/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: