En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Les 7 erreurs à éviter lors de la migration vers le cloud public

Par Keith Bromley, Solutions Manager Senior, Keysight Tehnologies

Publication: 6 août

Partagez sur
 
La plupart des entreprises d’informatique ont rencontré, ou continuent de rencontrer des problèmes liés à la migration de leurs réseaux physiques locaux vers le cloud...
 

Malgré la frénésie autour des atouts du cloud public, il y a aussi des inconvénients comme : les problèmes de performances, les interruptions de service, les menaces de sécurité manquées, et bien plus. Par exemple, selon

Ces problèmes découlent d’une seule idée fondamentalement... fausse. Alors que les documents de travail sont simplement déplacés dans le cloud par un système de "copier-coller" déplacer tout le reste n’est pas si simple, que cela concerne la surveillance réseau, la surveillance des performances, l’architecture de sécurité, les activités de dépannage ou les activités de conformité. La clé pour un déploiement réussi est de savoir, peu importe quand, où se trouvent les problèmes et les régler avant qu’ils ne puissent impacter le service entier.

Voici donc les 7 erreurs à éviter lors de la migration vers le cloud :

1. Penser savoir quelles fonctions peuvent migrer au lieu de mener une enquête approfondie

2. Ne pas chercher la solution cloud adaptée

3. Ignorer comment les solutions fonctionneront avec vos attentes

4. Croire que le fournisseur de cloud est responsable de la sécurité de votre solution cloud

5. Un manque de visibilité sur le réseau et sur les fonctions de monitoring

6. Un manque de compréhension des capacités de performance

7. Croire à la frénésie de l’industrie et des fournisseurs par rapport à vos attentes en matière d’efficacité

La première chose à savoir est ce que vous allez mettre sur le cloud et pourquoi. Ce sujet semble simple mais il représente les fondations fondamentales de l’IT. Les opérations business ne se résument pas à faire tourner une application le plus vite possible, la solution déployée et la manière dont elle le sera, va dicter la visibilité des données, le chemin pour y accéder et les coûts à long terme mais également le coût total de propriété (TCO). La plupart des entreprises n’y réfléchissent pas et négligent cette étape par manque de temps alors que cette décision est cruciale pour la réussite du projet.

Il y a trois questions à se poser pour trouver la solution cloud appropriée :

- Vers quel type de workflow pensez-vous migrer ?

- Quelles solutions prévoyez-vous de déployer (SaaS, PaaS, IaaS) ?

- Quand allez-vous déplacer toutes vos charges de travail ?

Le prochain niveau de planification repose sur le type de solutions envisagé. Voici les trois variantes les plus communes :

- Les fournisseurs indépendants

- Les fournisseurs multiples

- Les cloud hybrides

Alors quelle solution déployer ? Cette décision va dicter le temps de mise en place, la complexité, les coûts, les verrous fournisseurs, l’accès aux données et le contrôle de cette solution.

Le management de n’importe quelle solution technologique est une inquiétude pérenne et pour de bonnes raisons. Le temps passé à gérer cette solution est l’un des principaux composant du TCO et les solutions cloud ne dérogent pas à cette règle. La valeur d’une solution cloud est de réduire les coûts de déploiement et de maintenance des nouveaux services.

Par conséquent, une solution cloud a besoin de répondre à ces deux objectifs pour que vous puissiez réaliser des économies dans la gestion de la solution choisie :

- Maximiser la facilité d’utilisation de l’interface

- La capacité à gérer les solutions depuis un centre d’opération réseau (NOC)

Les inquiétudes liées à la sécurité du cloud

La grande problématique de la sécurité possède ses "do’s and don’ts" que les experts mettent des années à comprendre. Cela signifie que la sécurité doit être une priorité et cela est d’autant plus important pour les réseaux cloud que pour les réseaux physiques. En 2017, il y a eu une brèche record de

Alors que vous pouvez penser que les fournisseurs de cloud ont pensé à ces problématiques de sécurité à votre place, ce n’est pas le cas. Il y a évidemment des mesures de sécurité mises en place, comme les pare-feu, mais ce n’est pas suffisant dans la perspective du cloud. Autrement, les fournisseurs de cloud ont mis des protections en place pour leur propre infrastructure servant leurs propres intérêts et ne couvrant pas entièrement ceux des clients.

Pour des solutions de sécurité et de monitoring optimales il est nécessaire d’avoir une visibilité totale sur le réseau. Une meilleure visibilité limite les zones d’ombres, le dépannage et les coûts de monitoring et améliore l’efficience opérationnelle et la conformité des données. Le sondage de 2017 de Dimensional Research montre que 9 sur 10 sondés ont vu un impact négatif sur leurs activités à cause du manque de visibilité sur le trafic du cloud public. Les ramifications d’une visibilité limitée incluent un temps d’analyse des menaces, plus d’erreurs, des conclusions inappropriées et un temps de réparation plus long (MTTR). En termes simples, un meilleur monitoring permet de meilleurs résultats de données qui réduisent les dépannages et les coûts d’analyses connexes tout comme les coûts liés aux menaces manquées.

Il y a deux choses à garder à l’esprit concernant les performances du cloud :

- La performance des applications est essentielle sinon vous perdez votre temps à migrer vers le cloud

- Vous avez besoin de valider les accords de niveaux de servies (SLA) de votre fournisseur de cloud pour bien comprendre votre propre réseau.

Finalement, les organisations font migrer leurs charges de travail vers le cloud parce qu’il offre l’échelonnement, l’agilité et la flexibilité attendus. En même temps, vous avez besoin d’un haut niveau de performances pour maintenir ces avantages. Les opérations informatiques peuvent atteindre cette efficacité avec une solution de visibilité cloud. De plus une solution pure cloud n’est peut-être pas la meilleure option alors qu’un cloud public hybride et des équipements sur site peuvent être la bonne solution. La seule manière de le savoir est de faire des recherches antérieures et de valider votre solution sur des points spécifiques au fur et à mesure que votre migration progresse.

http://www.keysight.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: