En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Multi-cloud : comment assurer la disponibilité des données ?

Par Patrick Rohrbasser, Regional VP France et Afrique, Veeam

Publication: 20 août

Partagez sur
 
L’époque où l’adoption de solutions cloud s’apparentait à un pas dans l’inconnu est désormais révolue : les entreprises peuvent tirer profit du cloud de nombreuses façons afin de gérer leurs données et en optimiser la valeur, et les options qui s’offrent à elles n’ont de cesse d’évoluer...
 

Chaque nouveau modèle de consommation du cloud apporte néanmoins son lot de questions. C’est le modèle multi-cloud qui, parmi les variantes des déploiements cloud, retient actuellement l’attention des entreprises, tout en faisant l’objet de questionnements et de scepticisme.

Contrairement au cloud hybride, entité unique qui fusionne des environnements de cloud privé avec des environnement de cloud public, le multi-cloud implique, comme son nom l’indique, des clouds multiples. Il s’agit d’un clin d’œil au fait que les entreprises utilisent de plus en plus de fournisseurs de clouds différents à des fins différentes. Dans l’économie numérique d’aujourd’hui, 81% des entreprises ont adopté une stratégie multi-cloud.

Dans le secteur informatique, il est courant de promouvoir le modèle de « guichet unique » (un point d’accès unique) pour éviter l’impression d’inefficacité et de fouillis qui survient dès lors que l’on traite avec plusieurs prestataires et fournisseurs de service cloud (CSP). Il s’agit de proposer une meilleure expérience utilisateur via une vision agrégée de l’ensemble de ces services. Par ailleurs l’écosystème technologique s’étant étoffé et ayant gagné en maturité, les entreprises accèdent désormais à de bien meilleurs indicateurs via leurs données placées dans des environnements multi-cloud puisque les utilisateurs veulent avoir le choix et éviter d’être liés à un fournisseur unique. Lesdites données, décrites comme l’or noir de l’économie numérique, constituent la ressource la plus précieuse de l’entreprise. De ce fait, lorsque les entreprises exigent une infrastructure qui permette de maximiser la valeur potentielle des données, les départements informatiques sont sous pression pour y parvenir.

Par exemple, il se peut qu’une entreprise souhaite stocker les données de son entité la plus performante dans Google Cloud ou Azure pour bénéficier d’une évolutivité à des coûts relativement faibles, mais utilise par ailleurs AWS pour ses bases de données R&D, de manière à profiter des bénéfices de l’IA et de la recherche vocale. Là où, auparavant, la seule option viable pour l’entreprise aurait été de prendre sa décision en fonction de ses besoins prioritaires et contraintes budgétaires, la meilleure stratégie désormais est d’adopter une approche multi-cloud.

Une transformation basée sur les données

La tendance actuelle chez les entreprises est d’évoluer vers un modèle « data-driven ». Les dirigeants reconnaissent l’importance des données, tant pour la stratégie d’entreprise de haut-niveau que pour les prises de décisions opérationnelles. De leur côté, les consommateurs et les employés commencent à être plus sensibles à la valeur de leurs données, ce qui oblige les entreprises à fournir aux personnes qui font le choix de partager leurs données des expériences plus personnalisées. Les gens veulent l’assurance que leurs données sont protégées et sécurisées, mais ils exigent également une plus grande transparence quant à l’usage qui en est fait.

La construction de cette culture axée sur la donnée s’appuie sur une transformation digitale continue qui consiste, pour les entreprises, à adopter les technologies les plus récentes et les plus avancées pour constamment améliorer leurs niveaux de performance. Selon le rapport 2018 CIO Agenda de Gartner, les efforts permettant à l’entreprise de devenir une entreprise numérique comptent parmi les priorités majeures des DSI, et la prolifération des modèles multi-cloud reflète cette tendance.

Une majorité des responsables informatiques reconnaît pourtant que cette transformation digitale peut être parfois gênée par des temps d’arrêts non planifiés qui affectent la perception utilisateur. En faisant subir à ce dernier une mauvaise expérience, l’image de l’entreprise en tant qu’organisation digitale et performante peut s’en trouver dégrader. Or le succès de l’usage multi-cloud reposent sur la disponibilité, à tout moment, de l’ensemble des applications et données. Les entreprises souhaitant profiter de leurs environnements multi-cloud doivent donc s’assurer que leurs applications sont en adéquation avec leur culture de prise de décisions basées sur les données et qu’elles disposent également du soutien adéquat pour préserver la confiance des clients et la réputation de la marque.

Disponibilité dans le multi-cloud

Si Gartner prévoit que l’approche multi-cloud deviendra la norme pour 70% des entreprises d’ici à fin 2019, contre à peine 10 % aujourd’hui ; cet enthousiasme ne doit cependant pas masquer l’obligation pour les organisations de se doter de nouvelles compétences techniques pour répondre à l’augmentation des risques de sécurité ou à la complexification de l’administration des données liée à la multiplication des fournisseurs. Le multi-cloud ne se résume pas au simple passage d’une plateforme de stockage à une autre : il exigera une véritable stratégie d’adoption impliquant les équipes IT (maîtrise de plusieurs environnements) ou encore juridiques (différences d’un contrat à l’autre). Cette approche pourra aussi s’accompagner d’une augmentation des coûts puisqu’elle implique d’avoir plusieurs fournisseurs.

Dans le détail, le fait de s’appuyer sur plusieurs fournisseurs de services cloud (CSP) rend complexe le maintien de la disponibilité au sein d’un environnement multi-cloud. Si les principaux fournisseurs et CSP mettent à disposition de leurs clients des solutions de PRA, la difficulté réside dans le fait que les protocoles, accords de niveaux de services (SLA) et fonctionnalités diffèrent en fonction des fournisseurs. Or, en cas d’incident, il est hors de question pour l’entreprise de constater qu’elle n’est pas suffisamment protégée ou que la restauration a échoué. Si aucune entreprise, qu’elle utilise ou non le multi-cloud, n’est en mesure de garantir qu’elle ne connaîtra jamais de temps d’arrêt non planifiés, toutes doivent s’assurer qu’elles sont correctement préparées à cette éventualité. La sécurité est un paramètre essentiel à considérer. Or, la complexité que sous-tend l’approche multi-cloud peut entraîner davantage de failles surtout si les mises à jour de sécurité ne sont pas appliquées correctement. Mais paradoxalement utiliser plusieurs cloud peut permettre de réduire le risque de perte généralisée des données ou le temps d’arrêt dû à des pannes matérielles.

Ainsi, les entreprises qui optent pour l’adoption du modèle multi-cloud doivent s’assurer qu’elles disposent d’une solution de disponibilité qui couvre l’ensemble de leur infrastructure cloud, facilitant la protection des données cloud grâce à un processus de migration transparente des données du site vers le cloud.

Pour les entreprises se servant du modèle multi-cloud pour nourrir leur transformation digitale avec l’objectif d’instaurer une culture plus axée sur les données à l’échelle de l’entreprise, les données s’apparentent à l’eau courante : une commodité sur laquelle tout le monde compte et qui doit être disponible à tout moment. Les entreprises qui s’orientent vers le multi-cloud ne doivent pas être découragées à l’idée de collaborer avec plusieurs fournisseurs car, grâce à des plateformes logicielles, elles disposent de solutions clé en main leur permettant de réduire les temps d’arrêts et d’avoir l’esprit tranquille.

http://www.veeam.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: