En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Dossiers

Quels risques la mobilité des données comporte- t-elle pour l’avenir ?

Par Laurent, Sirgy, Directeur SEMEA chez Kingston

Publication: 9 octobre

Partagez sur
 
Afin d’être compétitives et de rester attractives pour les jeunes talents, les entreprises doivent mettre en place un politique de travail à distance ainsi que des moyens appropriés pour pouvoir le pratiquer. Néanmoins, cela comporte tout de même des risques...
 

L’un des plus grands dangers est l’utilisation incontrôlée des données en dehors des entreprises. Avec les méthodes de travail nomades, les données quittent de plus en plus le cadre des entreprises à l’intérieur desquelles des mesures de protection maximales sont généralement prises. En effet, à l’extérieur, les salariés peuvent se faire pirater des données s’ils se connectent à des WiFi publics et travaillent depuis des cafés, des halls d’hôtel ou dans des aéroports par exemple. Aussi, des personnes externes peuvent accéder à des ordinateurs portables ou à des clés USB comportant des fichiers confidentiels en les dérobant. Il est donc particulièrement important que les entreprises veillent à ce qu’aucune personne extérieure ne puisse accéder aux informations stockées sur ces dispositifs.

« Chez Kingston, nous pensons que les entreprises devraient toujours utiliser le cryptage via des clés USB ou sur des appareils mobiles, notamment lorsqu’un employé est susceptible de travailler en dehors de son entreprise. C’est le seul moyen d’empêcher l’accès non autorisé à des informations sensibles » déclare Laurent Sirgy, Directeur SEMEA.

Concernant les clés USB, une première étape pourrait consister à utiliser un logiciel de sécurité des terminaux pour définir que seule une clé 100% chiffrée, telle que les terminaux chiffrés de la série Kingston DataTraveler, peut être utilisée sur les ports USB. Les données sont ainsi protégées de manière fiable en cas de perte ou de vol. L’étape suivante consisterait à envisager l’utilisation d’un logiciel de gestion USB, qui déterminerait d’autres caractéristiques telles que la réinitialisation du mot de passe ou l’attribution des droits.

Il est également vrai que dans le passé, le chiffrement complet du disque dur était souvent associé à des pertes de performances considérables sur les disques durs. Mais avec l’introduction des technologies d’entraînement à auto-encryptage (SED), également pour les disques SSD, ce problème pourrait être résolu. De plus, comme les clés disposent d’une fonction de cryptage située directement sur le matériel lui-même et non plus sur le logiciel, les SED offrent également une meilleure protection des données. De nombreux modèles sont également compatibles avec la solution de gestion de la sécurité TCG Opal 2.0 qui permet de créer une administration centrale pratique.

http://www.kingston.com/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: