En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. OK X
 
 

 

 

Actualité des entreprises

Nouvelle formation de l’Ecole La Mache « Expert(e) en cybersécurité industrielle »

Publication: 16 juin

Partagez sur
 
Les problématiques de cybersécurité frappent de plus en plus les Entreprises et constituent le premier risque pour leur survie selon l’assureur Allianz...
 

En effet, trop nombreuses sont les infrastructures peu ou pas suffisamment protégées. En janvier 2020, une étude, commanditée auprès de Forrester Consulting, révèle une exposition croissante des acteurs industriels aux cybermenaces, une des conséquences de leur transformation digitale. Les dernières actualités ne font que confirmer que la région lyonnaise manque cruellement de compétences dans ce domaine, notamment avec l’exemple de la cyberattaque à l’hôpital de Villefranche sur Saône en février dernier.

Ainsi, face à la multiplication de ces menaces, la cybersécurité industrielle est devenue un enjeu crucial pour les entreprises, afin de préserver leur image et leur compétitivité.

Or, en France, la pénurie de postes spécialisés en cybersécurité industrielle est criante … Les fournisseurs des produits et de services de cybersécurité sont les plus en tension, à tel point que les difficultés de recrutement commencent à avoir un impact sur leur croissance. Certaines entreprises doivent parfois refuser des clients par manque de ressources humaines. Les professionnels évaluent à 1 000 le nombre de postes pourvus sur les 6 000 ouverts.

L’Ecole la Mache, forte de son modèle unique « Ecole-Entreprise » s’apprête ainsi à lancer sur le marché, à l’aube de la Rentrée de septembre 2021, en co-construction depuis 3 ans avec de nombreuses structures et associations Rhône-alpines, une formation innovante et unique en Auvergne Rhône-Alpes.

Zoom sur la formation BAC+5 en alternance « Expert en cybersécurité industrielle »

La formation technique et pratique : l’ADN de l’histoire de l’Ecole La Mache C’est en juillet 1920 que le cardinal Maurin confie au Père La Mache la création d’une école professionnelle et technologique. Celle-ci dispensera une formation générale mais aussi une formation technique et pratique pour « faire des ouvriers capables de devenir des cadres dans les ateliers… 100 ans plus tard, le modèle exemplaire de « La Mache » a bel et bien fait ses preuves. Aujourd’hui, l’Ecole-Entreprise La Mache a pour vocation d’assurer une éducation et une formation générale et technologique auprès de jeunes et d’adultes se destinant à des professions techniques ou à la gestion de projets, par la voie de la formation initiale ou de la formation continue.

D’ici à 2030, le manque de ressources qualifiées dans ce domaine pourrait atteindre, et seulement en France, 1.5 millions avec un manque à gagner de près de 175 milliards d’euros (plus de 6% du PIB). En France, toujours, le baromètre de la BPI (Banque Publique pour l’Investissement) indique que les difficultés de recrutement représentent actuellement 0,7% de PIB et constituent de loin le principal frein à la croissance. A cette date, près 24 000 personnes travaillent dans la filière cybersécurité et plus de 8 500 postes seraient à pourvoir sur le territoire.

Selon une estimation de Cybersecurity Ventures, la pénurie de personnel dans le domaine de la Cybersécurité atteint 3,5 millions de postes ouverts dans le monde en 2021. Selon une autre étude réalisée par l’ISC, 65% des organisations font état d’une pénurie de personnel, et le manque de personnel qualifié et expérimenté est leur principale préoccupation. Plus récemment, l’Etat français annonce vouloir « Positionner la France par rapport à la concurrence internationale en doublant notamment les emplois de la filière pour passer à 75 000 en 2025 contre 37 000 aujourd’hui ».

Une réponse aux nouveaux besoins du marché et notamment dans le domaine industriel

Forts du constat du manque de compétences dans le domaine de la cybersécurité industrielle, Sup’ La Mache, le centre de formation de l’Ecole La Mache dédié à l’alternance sur les formations post bac, a souhaité répondre aux besoins de ses clients et prospects en majorité dans le domaine industriel (Alstom, Vinci Energies, Engie Ineo, Schneider Electric, Thalès…). « Soucieux de proposer des formations d’excellence et à l’affut des tendances et besoins technologiques et numériques, nous avons lancé une étude de marché. Nous avons décidé ainsi d’obtenir une formation certifiante, dont le métier émergeant est listé par la commission de la certification » explique Eric MUTIN, Directeur de Sup’La Mache, à l’origine de la formation et administrateur de l’ADIRA Auvergne Rhône-Alpes.

L’expression du besoin a été identifié comme tel : le manque de ressources compétentes en cybersécurité mais aussi familiarisées aux spécificités des contextes industriels ; la sensibilité de nombreux secteurs tels que l’aéronautique, la recherche, la biotech, la chimie, l’énergie, la pharmaceutique,…etc. ; La vulnérabilité intrinsèque des équipements industriels qui ne sont pas toujours construits pour faire face à des cyberattaques, soit à cause de leur ancienneté soit pour des raisons de sûreté/sécurité.

Une formation en co-construction avec de nombreux partenaires Syndicats professionnels (Fédération nationale des syndicats des Bureaux d’Etudes, du Numérique et du Conseil au niveau national et Auvergne rhônalpins), cabinet d’assurance, organisme de tutelle, CFA Porteur, associations expertes en digital, spécialisées dans la filière électrique, contrôle de gestion, et entreprises (Groupe VICAT, SPIE ICS., ELSYIUM SECURITY…etc (cf liste en annexe) ont apporté leur soutien actif pour l’ouverture de la formation « Expert (e) en cybersécurité industrielle ».

Objectifs et contenu de la formation « Expert en cybersécurité industrielle »

Les objectifs pédagogiques de cette formation sont de piloter la sécurité industrielle de l’Entreprise, en conseillant les clients en sécurité organisationnelle et technique sur deux axes, la gestion opérationnelle et la réalisation d’un audit de sécurité » poursuit Eric MUTIN.

Durée et organisation pédagogique

La formation s’organise sur un rythme d’alternance sur deux années et près de 900 heures en centre de formation si la certification se veut complète. Les blocs de compétences peuvent toutefois être validés de manière indépendante les uns des autres, et l’accès à la VAE sera possible.

Profil des candidats à la formation

Les candidats peuvent aussi bien être des étudiants BAC+3, (titulaire ou en cours de validation ou d’une Certification Professionnelle de Niveau 6 enregistrée au RNCP (2) dans le domaine de l’informatique ou de l’automatisme), des salariés (en reconversion ou désirant se spécialiser) ou encore des demandeurs d’emploi (en réponse aux métiers émergents).

Deux profils se distinguent :

- Le profil « automaticien » : personne ayant un bagage technique dans le domaine de l’automatisme et des systèmes industriels

- Le profil « informaticien » : personne ayant un bagage technique dans le domaine informatique et tout particulièrement la sécurité des systèmes d’information (SSI).

RNCP (2) : Répertoire National des Certifications Professionnelles dans le domaine de l’Informatique ou de l’automatisme.

Métiers ciblés

Architecte SSI Industriel – Conseiller (ère) en SSI (Industriel) auprès de décideurs – Expert € en investigation numérique – Analyste, Ingénieur (e) sécurité et cryptographie – industrial IOT.

https://www.ecolelamache.org/

Suivez MtoM Mag sur le Web

 

Newsletter

Inscrivez-vous a la newsletter d'MtoM Mag pour recevoir, régulièrement, des nouvelles du site par courrier électronique.

Email: